Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Festival de Cane

Centre d’art contemporain, Meymac (19). Du 11 juillet au 10 octobre 2010

Festival de Cane

L'Oeil - n° 626 - Juillet - Août 2010

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Ces dernières années, le centre d’art de l’abbaye Saint-André de Meymac s’est plutôt fait une spécialité d’exposer des jeunes pousses.

Mais cet été, le peintre Louis Cane, qui a démarré sa carrière à la fin des années 1960 en associant un temps son destin au mouvement Supports/Surfaces, s’est vu offrir une rétrospective en soixante-dix œuvres. 

Plaçant l’abstraction et la figuration sur le même tableau, Cane s’est emparé de la matière peinture pour l’attaquer à coups de tampons, la déployer entre sols et murs, y peindre des arches, des femmes nues, des scènes d’inspiration biblique, apposer des grillages ou des plumes sur des châssis. Sur sa première œuvre, il tamponna à l’infini « Louis Cane, artiste peintre ». « Je pensais que cela suffisait », dira-t-il. Puis à la fin des années 1970, il effectue un virage à 180 degrés : ce sont désormais les grands maîtres et les grandes œuvres qui l’inspirent. Giotto, Uccello pour la Renaissance italienne, les impressionnistes avec Manet, Monet et ses Nymphéas, mais aussi Picasso, De Kooning, Matisse et Les Ménines de Vélasquez se retrouvent dans ses toiles. 

Ce passage de l’abstraction à la figuration lui vaudra d’être mis au ban du mouvement. « La peinture abstraite,  c’est insuffisant pour occuper toute une vie », dira avec provocation Louis Cane, « j’ai envie de remplir ma vie avec des formes et des couleurs ». Et de poursuivre : « un mauvais tableau abstrait, c’est difficile à voir, un mauvais tableau figuratif, ça se voit tout de suite ». Une destinée en peinture à découvrir ou redécouvrir. 

Bénédicte Ramade

« Louis Cane », abbaye de Saint-André, Centre d’art contemporain, place du Bûcher, Meymac (19), www.cacmeymac.fr, du 11 juillet au 10 octobre 2010.

Légende photo

Louis Cane, Eve, Adam, Caïn et Abel, 1998, 190 x 180 cm, huile sur toile, courtesy Louis Cane et Galerie Bernard Ceysson.

EN SAVOIR PLUS
L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

A quelle heure aimeriez-vous recevoir la newsletter quotidienne du Journal des Arts ?

Entre 8h et 10h
Entre 10h et 12h
Entre 12h et 14h

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France