Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Guayasamín, la liberté par la création - L'Oeil - n° 625 - Juin 2010

Robert Martine - 553 mots - L'Oeil n° 625 - Juin 2010

Guayasamín, la liberté par la création

553 mots - L'Oeil n° 625 - Juin 2010

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

À la chapelle de l’Homme, déclarée « projet prioritaire de l’humanité par l’Unesco », sont présentées les œuvres monumentales d’Oswaldo Guayasamín, héros équatorien, chantre de la tolérance.

Oswaldo Guayasamín, né à Quito en 1919, est le premier rejeton d’une famille humble de dix enfants. Oswaldo connaît une enfance de privations et de pauvreté qui laissera des traces indélébiles. Dès l’âge de sept ans, il s’exprime par la peinture. En 1932, il entre à l’école des Beaux-Arts et devient rapidement le meilleur élève, tout en s’opposant aux modèles et traditions en vigueur. La cruauté de la vie, sa violence, ses injustices le révoltent et lui [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

El Centro Cultural Metropolitano

Il occupe les anciens bâtiments de l’ordre des jésuites, le plus puissant de Quito avant l’indépendance. Par la suite, cet édifice fut transformé en caserne par les troupes royales espagnoles. Dans ses cachots, des révolutionnaires qui s’étaient soulevés en 1809 furent emprisonnés avant d’être exécutés. Suite à cet événement, Simón Bolívar, choqué, s’engagea totalement dans la lutte contre l’Espagne. Une sorte de musée de cire retrace cet épisode, ainsi que l’épopée du savant français La Condamine dans sa mission géodésique, et évoque le rôle des jésuites dans la propagation du savoir… Sont également conservées ici des pièces d’art sacré des xvie et xviie siècles ainsi que des œuvres du début du xxe. Dans le patio, on peut voir la colonne qui servait de pilori.

www.centrocultural-quito.com

EN SAVOIR PLUS
EN SAVOIR PLUS
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France