Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > « Il ne peut exister aucune abstraction » - L'Oeil - n° 609 - Janvier 2009

Farine Manou - 838 mots - L'Oeil n° 609 - Janvier 2009

« Il ne peut exister aucune abstraction »

838 mots - L'Oeil n° 609 - Janvier 2009

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Après un passage par le surréalisme, Rothko adopte l’abstraction dans les années 1940. Une abstraction pensée d’abord comme un espace de communication entre le peintre et le spectateur.

En 1949, Rothko a 46 ans et un parcours de peintre et d’enseignant à son actif lorsqu’il consolide le « sujet » qui identifiera désormais son travail. Aux côtés d’Adolph Gottlieb, Willem De Kooning, Barnett Newman ou Jackson Pollock, il appartient à cette grande marmite picturale de l’expressionnisme abstrait, vague école désignant le nouvel élan donné à l’abstraction juste avant guerre (lire p 74). Une génération classifiée malgré elle, préparant le triomphe de l’art américain. Au programme  : un artiste [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Comprendre… l’école de New York

L’Amérique d’avant guerre est le théâtre d’un véritable renouvellement de l’avant-garde picturale. En peinture, le mouvement prend forme autour d’une génération et diverses formes d’expressions (lire « Repartir à zéro », L’œil n° 608).

Expressionnisme abstrait
Pollock, De Kooning, Kline, Newman, Rothko, les personnalités qui émergent durant la guerre sont parfois en désaccord, mais toutes prennent leur distance avec l’abstraction géométrique venue d’Europe et remettent l’émotion en selle. « Ce qu’ils pensent en commun ne trouve son expression que dans ce qu’ils font séparément », dira à leur sujet le critique américain Harold Rosenberg. Dès les années 1950, les divergences s’énoncent. Deux courants sont perceptibles.

L’Action painting : Pollock, Kline, De Kooning. Le geste énergique exprime. C’est aussi un événement que l’on peint ;

Le Color field : Rothko, Gottlieb, Still, Motherwell, Newman. Les formats monumentaux sont à la conquête de tout le champ de vision et jouent une partition essentiellement fondée sur la surface et les aplats colorés.

EN SAVOIR PLUS
EN SAVOIR PLUS
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France