Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > La photo du XIXe ne fait plus impression - L'Oeil - n° 607 - Novembre 2008

Azimi Roxana - 642 mots - L'Oeil n° 607 - Novembre 2008

La photo du XIXe ne fait plus impression

642 mots - L'Oeil n° 607 - Novembre 2008

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Inventée officiellement en 1839, la photographie se situe au XIXe siècle à la croisée des arts et de la science au gré des découvertes de Daguerre, Niépce ou Talbot.

Ouvrant tout un nouveau champ d’images, cette photographie dite primitive ne soulève guère d’enthousiasme aujourd’hui, si ce n’est dans un petit cercle de passionnés. Comme l’argenterie, elle ne correspond plus aux goûts ni aux modes de vie actuelle. En atteste un marché particulièrement atone. La « vague » Jammes Nous sommes loin des riches heures du cheik Saoud al Thani, du Qatar, qui poussa la folie jusqu’à payer 460 000 livres sterling (676 984 euros) pour la [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Questions à...Grégory Leroy, spécialiste de Sotheby’s

Le marché de la photo xixe a-t-il changé entre la première et la nouvelle vente Jammes ?
Une chose n’a pas changé : il y a toujours aussi peu d’acheteurs. Les gens cherchent des images faciles, de grande taille, spectaculaires, qu’ils peuvent accrocher au mur, ils en veulent pour leur argent ! Or la photo xixe n’est pas de grande taille, elle va plutôt dans des boîtes que sur les murs, les sujets sont un peu arides, avec notamment des vues d’architecture. Les jeunes collectionneurs veulent des images « sexy », Helmut Newton ou Peter Beard. En revanche ce qui a changé depuis la dispersion Jammes, c’est qu’on sait désormais qu’il y a peu de chose. La vente a été le faire-part de naissance d’un marché et son point d’orgue.

Les prix ont-ils évolué en huit ans ?
Pas vraiment. Les prix étaient déjà élevés avant la vente Jammes, cela n’a jamais été aussi bon marché qu’on a voulu le croire. Aujourd’hui le marché est très mature, les collectionneurs ont beaucoup de choses et sont du coup très sélectifs.

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France