Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Sécession viennoise - L'Oeil - n° 605 - Septembre 2008

Azimi Roxana - 722 mots - L'Oeil n° 605 - Septembre 2008

Sécession viennoise

Le prix de la reconnaissance

722 mots - L'Oeil n° 605 - Septembre 2008

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Dans la foulée de l’engouement observé pour les peintures de Klimt et Schiele, les créateurs de mobilier de la Sécession viennoise prennent pied sur le marché.

Vienne, 1897. La capitale de l’Empire austro-hongrois bat au rythme de la contestation. Une quarantaine d’artistes, conduits par Klimt et Moser, fustigent l’esprit ambiant, rétrograde et historiciste. Pour promouvoir de nouvelles valeurs, ils inventent un mouvement, la Sécession. Leur credo : « Au temps son art, à l’art sa liberté. » En récusant la hiérarchie entre beaux-arts et arts appliqués, ces créateurs prônent une synthèse selon le concept de Gesamtkunstwerke (« œuvre d’art totale »). Une reconnaisance des peintres étonnamment tardive [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Questions à Yves Macaux, Marchand à Bruxelles



Quelle est la période la plus recherchée au sein de la Sécession viennoise ?

L’époque phare, c’est le tout début, lorsque les Viennois faisaient des choses très modernes, non décoratives. Un mobilier abstrait a plus de valeur que des pièces ornementales.

Pourquoi la fourchette des prix des créateurs est-elle si élastique ?

Chez Joseph Hoffmann, par exemple, il existe des pièces produites pour les maisons d’éditions et des pièces d’ébénisterie pour des commandes spéciales. Si vous sortez une chaise du palais Stoclet, chose impossible car le palais est classé, elle pourrait valoir un million d’euros. On trouve en revanche d’autres œuvres plus courantes autour de 3 000 euros.

Existe-t-il beaucoup de faux ou de meubles transformés ?

Il n’y a pas vraiment de faux à proprement parler, mais des erreurs d’attribution. À une époque, on a vu des meubles découpés et recomposés. Une grande partie de la clientèle juive ayant dû fuir au moment de la guerre, certains ont entreposé leurs meubles à la campagne en les coupant en deux faute de place.

EN SAVOIR PLUS
EN SAVOIR PLUS
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France