Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > L’œil de José Montalvo - L'Oeil - n° 505 - Avril 1999

Villien Bruno - 1332 mots - L'Oeil n° 505 - Avril 1999

L’œil de José Montalvo

Le mariage heureux de la danse et de la vidéo

1332 mots - L'Oeil n° 505 - Avril 1999

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Du 30 mars au 3 avril, le Théâtre de la Ville à Paris monte la dernière création du chorégraphe José Montalvo qui mêle avec bonheur danse et vidéo. Mais qui est ce nouveau trublion de la danse contemporaine ? Né en 1955 en Espagne, José Montalvo est venu enfant à Toulouse. Après des études d’architecture et d’arts plastiques, il a débuté comme chorégraphe en 1982. Il remporte plusieurs concours, dont celui de Bagnolet, et travaille « hors normes », donnant pendant quatre ans des cours de danse en institution psychiatrique. En 1985 il crée sa compagnie avec la danseuse Dominique Hervieu. En 1993 Double Trouble fait appel à la vidéo, en 1995 Pilhaou Thibaou met en scène des danseurs hip hop. Le succès international couronne Paradis en 1997. En juin 1998, José Montalvo et Dominique Hervieu sont nommés à la tête du Centre chorégraphique national de Créteil. Trois de leurs créations sont actuellement en tournée jusqu’au mois de juillet : Le Jardin io io ito ito au Théâtre de la Ville de Paris ce mois-ci, Paradis en France, Belgique et Israël, Hollaka Hollala en France et en Suisse.

Quels sont vos premiers souvenirs liés à la peinture ? Je me souviens du sourire heureux et excité qui me saisissait à la vue d’une reproduction de Rubens accrochée au mur du bureau de mon père. Il me semble qu’il s’agissait du Jugement de Pâris. Je ressentais ce tableau comme une véritable charge sensuelle. Je n’hésitais pas à consulter et à reconsulter cette reproduction qui me paraissait immense. Je dois à Rubens quelques vivifiants et joyeux fantasmes... Trente-huit ans plus tard, j’ [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 
EN SAVOIR PLUS
EN SAVOIR PLUS
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France