Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Saâdane Afif Vanity case

Saâdane Afif Vanity case

L'Oeil - n° 602 - Mai 2008

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

One, Two. Saâdane Afif annonce un tempo binaire. Un premier au Frac Pays de la Loire, suivi de très près par le second au Frac Basse-Normandie. À Carquefou, la partition est légère mais fluide et ciselée. Deux parallélépipèdes en bois rejouent des baffles factices, desquels s’échappent des grappes de sphères en inox, légères comme des bulles et figées dans leur mouvement.

Le dispositif sculptural et sexy décrit un espace au sol, tandis qu’une surface plane et quadrillée de dalles colorées lui répond au plafond. Avec un peu de recul, l’échiquier abstrait se fait figure pixelisée dont le reflet condensé dans les bulles fait clairement apparaître une multitude de crânes. Un circuit fermé en forme d’aller-retour qui guigne du côté de l’anamorphose.
Crâne, bulle de savon ou miroir, Afif pirate comme souvent le motif de la vanité, moins séquence moralisée sur la finitude de la condition humaine que matière disponible en forme de discussion avec la peinture. Au display économe s’ajoute une affiche renvoyant à la sculpture centrale – version symboliste : titre, tête de mort et viscères – confiée à l’atelier graphique de Valence. Au mur, un « texte pop » en lettres adhésives d’argent ou l’interprétation lointaine de la même sculpture commandée à un critique d’art.
Il y a trois ans déjà, au Palais de Tokyo, Afif avait fait chanter sa rétrospective en confiant à des musiciens et des auteurs l’écriture de chansons pour traduire ses œuvres passées. Son écrit ou son sculpté, sculpture écrite ou représentée, au jeu des transferts, des délégations et de l’apparent effacement de l’artiste, Afif multiplie les possibles. Une multiplication qui fonde le travail même de l’artiste né en 1970 qui n’aime rien moins que façonner des liens et déverrouiller son terrain de jeu. Re : tête de mort, c’est
le titre de la sculpture. Re, comme re-créer, relecture et comme retour de correspondance, renvoi ou reflet. One, Two nous place en attente d’un spectacle que l’artiste, les collaborateurs et les spectateurs sont chargés de re : présenter.

Manou Farine

vue de l'exposition 'One'
Saâdane Afif
© J. Boussart

Voir

Saâdane Afif « One », Frac Pays de la Loire, Carquefou, www.fracdespaysdelaloire.com
Saâdane Afif « Two », Frac Basse-Normandie, Caen, www.frachautenormandie.org

EN SAVOIR PLUS
L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France