Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Les petits maîtres de Nuremberg - L'Oeil - n° 544 - Février 2003

Jover Manuel - 1260 mots - L'Oeil n° 544 - Février 2003

Les petits maîtres de Nuremberg

1260 mots - L'Oeil n° 544 - Février 2003

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Tel un arbre géant cachant la forêt, l’œuvre gravé de Dürer a occulté une myriade de maîtres graveurs, dont certains furent ses continuateurs, et que cette exposition révèle au public, en puisant dans les trésors du Cabinet des estampes et des dessins de Strasbourg.

Cette présentation de la gravure allemande de la première moitié du xvie siècle écarte d’emblée les noms les plus populaires, Dürer, Baldung Grien, Cranach. L’œuvre gravé des deux derniers est-il si bien connu en France qu’on puisse les écarter sans dommage ? Rien n’est moins sûr. S’il n’est pas exhaustif, le propos n’est pas non plus de réunir les exemples de ce qu’on pourrait appeler une « école ». Il s’agirait plutôt de cerner [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

La méthode Schefer

Né en 1938, l’écrivain et essayiste Jean-Louis Schefer, qui a sélectionné les œuvres présentées dans l’exposition, a publié de nombreux ouvrages sur la peinture, traitant aussi bien de Questions d’art paléolithique (1999), que de peinture ancienne (Lumière du Corrège ; Paolo Ucello, Le Déluge, 1999 ; Chardin, 2002) ou contemporaine (Gilles Aillaud, 1987). Il est également l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur la littérature, la photographie, le cinéma (Cinématographies, 1998), et d’un journal irrégulier paru sous le titre de Main courante. Pour érudit qu’il soit, Jean-Louis Schefer n’écrit pas en « spécialiste », et ce décalage est sans doute pour beaucoup dans l’originalité de sa pensée. « La méthode Schefer, écrivait Hervé Gauville dans un article de Libération à propos du Chardin, n’est ni savante ni morale. Elle consiste d’abord à introduire du vivant dans l’étude des textes et l’analyse des images. Ce vif du sujet, il le puise dans sa propre biographie. »

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France