Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > A Londres, David Hockney « invite » Turner l’aquarelliste

A Londres, David Hockney « invite » Turner l’aquarelliste

L'Oeil - n° 595 - Octobre 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Pas moins de cent soixante aquarelles de J. M. W. Turner (1775-1851) sont présentées à la Tate Britain dans l’exposition « Hockney on Turner Watercolours ». Pour la première fois, une exposition consacre exclusivement ses cimaises aux aquarelles de Turner qui, souvent, servent à ponctuer les rétrospectives de ses peintures à l’huile. David Hockney, lui aussi maître de l’aquarelle, partage l’affiche en tant que commissaire dans la salle centrale intitulée « commencement ».

 Une série de portraits de Turner, des lettres, et carnets d’esquisses offrent une introduction sur l’intimité de l’artiste. Parmi ces trésors, une lettre envoyée à son père traduit l’inquiétude du fils à propos de la commande d’une toile de qualité. De là, l’accrochage s’organise chronologiquement à travers la technique, les voyages et les étapes de la vie du peintre. Des études de monuments architecturaux et de paysages anglais, chacune plus minutieuse et détaillée que la suivante, illustrent le début de la carrière de Turner en tant qu’assistant dans un atelier d’architecte. Ce passé est à nouveau illustré dans les travaux qu’il effectue alors qu’il est professeur de perspective à la Royal Academy (où lui-même avait étudié). Ces aquarelles contrastent avec les paysages à l’huile brossés en quelques coups de pinceaux, plus fréquemment présentés au public.

Dans la partie centrale, Hockney (lui-même royal académicien) souligne combien l’aquarelle « est un des médiums les plus difficiles ». Croquis et esquisses à la peinture à l’eau permettent de « voir comment il [Turner] les a réalisées », explique-t-il. La sélection opérée démontre la fascination de Turner pour la lumière, les couleurs et la perspective. En parcourant ces œuvres peu connues du public, on découvre des panoramas issus de son « grand tour », débordants de sensibilité et de virtuosité. Que ce soit une gondole ou un bord de Seine, la technique de Turner transcende le sujet.

Monier Pascaline

« Hockney on Turner Watercolours », Tate Britain, Millbank, London SX1P  4RG (Angleterre), tél. 00 44 20 788 788 88, www.tate.org.uk, jusqu’au 3 février 2008.

EN SAVOIR PLUS
L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France