Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > En Normandie, l’appétit vient en peignant

En Normandie, l’appétit vient en peignant

L'Oeil - n° 595 - Octobre 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Tourte au foie gras, biscuits à la cuillère et brioches aux pralines sont actuellement au menu de l’exposition de peinture du musée municipal de Vire. Une cinquantaine d’œuvres, souvent de petits formats, compose un siècle de peinture d’objets, du réalisme au fauvisme, de Guillaume Fouace (1837-1895) à Émile Othon Friesz (1879-1949). En tout, vingt et un « nature-mortistes » sont réunis autour de l’inégalable Chardin, dont la « beauté du réel » fascinera les peintres jusqu’à la rupture avec l’impressionnisme. 
La Normandie, terre des peintres, aurait-elle joué un rôle déterminant dans l’évolution de la nature morte ? Une chose est sûre pour les commissaires de l’exposition, « l’âpreté du climat normand et l’opulence de ses subsistances » ont exalté « la beauté des produits de la nature ». Mieux qu’ailleurs,  le « milieu chimique fort en saveur et en couleur » de la Normandie aurait marqué de son empreinte la manière picturale des peintres qui se sont alors surpassés dans le rendu des matières. Peaux de fruits, écailles de poissons, plumes et poils de gibier, surface lisse des vaisselles, modelés par la couleur, accrochent le regard et stimulent les papilles du spectateur. 
Après 1850, la nature morte s’invite de nouveau à la table des commanditaires. La bourgeoisie française s’entiche de cette peinture gourmande qui vient décorer la salle à manger dont l’usage  se généralise au XIXe siècle. La gastronomie et les arts de la table prennent, à cette époque, une importance culturelle et économique sans précédent. Alexandre Dumas achève en 1870 son Grand Dictionnaire de cuisine et Brillat-Savarin dispense ses recettes aux fins gourmets. Dans ce contexte gastronomique florissant, la Normandie, avec ses vergers et ses ports de pêche, fournit aux peintres des motifs aussi variés qu’appétissants.

Bertrand Dumas

« Le Goût des matières. La nature morte en Normandie (1850-1950) », Musée municipal de Vire, ancien Hôtel-Dieu, 2, place Sainte-Anne, Vire (14), tél. 02 31 68 10 49.

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France