Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Le centre d’art de Colmar ouvre la boîte à souvenirs

Le centre d’art de Colmar ouvre la boîte à souvenirs

L'Oeil - n° 595 - Octobre 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Célèbre pour conserver au musée Unterlinden l’étonnant Retable d’Issenheim, œuvre de l’artiste renaissant germanique Mathias Grünewald (1480-1528), la petite ville de Colmar, chef-lieu du département du Haut-Rhin, peut aussi s’enorgueillir de posséder un centre d’art contemporain très actif. Situé en plein cœur de la cité, dans les locaux d’une ancienne choucrouterie, l’Espace d’art contemporain André Malraux y mène depuis dix ans un programme d’expositions monographiques et thématiques éclectique et prospectif. Ouvert à tous les registres de la création : peinture, sculpture, photo, vidéo, etc.
Son implantation urbaine lui permet de répondre à son cahier des charges : organiser la rencontre entre le public et les différentes formes de l’art d’aujourd’hui, tout en s’appuyant sur les populations scolaires et l’atelier de formation aux arts plastiques de la ville de Colmar. Dirigé depuis l’origine par Martine Thiellement, ce petit centre d’art qui dispose de quelque 430 m2 de surface a vu défiler en dix ans plus d’une centaine d’artistes parmi lesquels des noms repérés comme ceux de Claude Viallat, de Philippe Favier, de Jean Le Gac, d’Ernest Pignon-Ernest, de Jean Claus, de Georges Rousse, etc., mais aussi de jeunes artistes prometteurs comme Marion Galut, Jean-Luc Bichaud, Eric Aupol et bien d’autres.
Invités quelquefois à réaliser des œuvres spécifiques, notamment in situ, certains artistes ont marqué le lieu de façon mémorable : ainsi de la magistrale intervention de Georges Rousse, de la volière et de l’étonnant cerveau bibliothèque d’Anne et Patrick Poirier ou de l’herbier photographique de Fernande Petitdemange.
Pour célébrer ses dix ans, l’Espace d’art contemporain André Malraux a invité une quarantaine d’artistes qui y ont jadis exposé à réaliser une œuvre dans une petite boîte en bois. Une façon délicate d’en faire en quelque sorte une boîte à souvenirs et de constituer ainsi de ces dix ans traversés une sorte de monument pour mémoire.

Philippe Piguet

« 10 ans », espace d’art contemporain André Malraux, 4, rue Rapp, Colmar (68), tél. 03 89 20 67 59, jusqu’au 28 octobre 2007.

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France