Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > La rétrospective Prouvé fait une halte à Boulogne

La rétrospective Prouvé fait une halte à Boulogne

L'Oeil - n° 595 - Octobre 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Depuis quelques années maintenant, le public connaît Jean Prouvé (1901-1984), en particulier grâce aux cotes incroyables que ses productions atteignent en salles de ventes. Mais connaît-il vraiment le travail et le parcours de ce fameux « tortilleur de tôles » ?
L’exposition itinérante « Jean Prouvé, la poétique de l’objet technique » permet en tout cas de combler les lacunes éventuelles. Montée en 2005 par le Vitra Design Museum de Weil am Rhein (Allemagne) et après avoir séjourné au Japon, en Italie ou encore aux Pays-Bas, celle-ci fait sa première (et seule) escale en France, qui plus est dans un lieu emblématique : l’hôtel de ville de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Construit entre 1931 et 1934 par l’architecte Tony Garnier, l’édifice est, en effet, une bonne occasion d’admirer in situ plusieurs œuvres commandées alors aux Ateliers Jean Prouvé : les devantures des guichets d’accueil, les cloisons démontables qui modulent les bureaux, les garde-corps des escaliers et des coursives, enfin les deux blocs portes d’accès au grand hall. Celles-ci sont une sorte de mise en bouche de l’exposition elle-même, rétrospective d’ampleur qui réunit une ribambelle de pièces créées par Prouvé entre 1924 et le milieu des années 1970 : dessins, photographies, films, maquettes et reconstitutions grandeur nature, ainsi que moult meubles originaux et autres éléments d’architecture.
Pour Bruno Reichlin, professeur à l’Institut d’architecture de l’Université de Genève et commissaire de l’exposition, « l’œuvre de Prouvé, sa culture technique offrent l’occasion d’éclairer le public sur les aspects, les raisons, les problèmes et interrogations, les passions, les préjugés ou, au contraire, les éclairs de pensée qui, globalement, concernent notre rapport à la dimension “technique” de la chose construite ». Dont acte.

Christian Simenc

« Jean Prouvé, la poétique de l’objet technique », Hôtel de ville, 26, av. André-Morizet, Boulogne-Billancourt (92), tél. : 01 55 18 53 00, jusqu’au 18 novembre 2007.

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France