Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Un ovni au Mudam

Un ovni au Mudam

L'Oeil - n° 594 - Septembre 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Comment une exposition sur le thème de la science-fiction a-t-elle bien pu atterrir, tel un ovni, dans le musée d’Art moderne Grand-Duc Jean de Luxembourg (Mudam) ? Tout simplement parce que l’inventeur du terme anglais de « science-fiction », Hugo Gernsback (1884-1976), est... luxembourgeois de naissance. Or, année de célébration oblige – Luxembourg (la ville) est en effet désignée « Capitale européenne de la culture 2007 » –, l’occasion était belle pour le Luxembourg (le pays) d’honorer l’un de ses concitoyens. Fût-il émigré très tôt aux États-Unis où, fasciné par les relations entre science et technologie, il fonda une maison d’édition qui publiera pas moins d’une cinquantaine de revues sur le sujet.
Dans « Tomorrow Now, Quand le design rencontre la science-fiction », deux murs entiers présentent d’ailleurs une multitude de couvertures desdites revues, plus amusantes les unes que les autres tant elles sont truffées de créatures invraisemblables et d’étranges vaisseaux spatiaux. Le reste de l’exposition, lui, a colonisé la totalité du musée, du sous-sol à l’étage, à commencer par la salle centrale qui accueille une bien singulière demeure en forme de soucoupe volante : la Futuro Home, maison standardisée en plastique inventée, en 1968, par l’architecte finlandais Matti Suuronen pour l’un de ses amis qui voulait une habitation de vacances à installer dans la montagne. Celle-ci est le reflet de toutes les quêtes de l’époque : optimisme des années 1960, idéal d’une nouvelle ère, âge de l’espace, mobilité extrême, découverte de nouveaux matériaux, ou encore, avènement de la production en série…
En quelque huit cents pièces et objets d’une centaine de créateurs – artistes, designers, architectes, cinéastes…–, « Tomorrow Now » explore, du début du xxe siècle jusqu’à aujourd’hui, les relations entre ces deux disciplines que sont le design et la science-fiction. On y retrouvera donc bien évidemment et en bonne place la célèbre ligne Djinn, dessinée en 1965 par Olivier Mourgue pour la firme Airborne. Ce mobilier aux couleurs éclatantes et tout en courbes sera jugé si « futuriste » par le réalisateur Stanley Kubrick qu’il l’inclura quelques années plus tard dans son chef-d’œuvre 2001, L’Odyssée de l’espace.

Christian Simenc

« Tomorrow Now, When Design meets Science-Fiction », Mudam, 3 Park Dräi Eechelen, Luxembourg (Luxembourg), tél. 00 352 45 37 85-960, www.mudam.lu, jusqu’au 24 septembre 2007.

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France