Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Marc Chagall

Marc Chagall

Voyage dans un monde de chimères

L'Oeil - n° 594 - Septembre 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Ni fauviste, ni cubiste, ni surréaliste… Marc Chagall échappe à tous les « ismes » du xxe siècle. C’est peut-être cette indépendance, ainsi que la féerie de ses thèmes, qui font de lui l’un des boucs émissaires de toute une avant-garde méfiante de la simplicité et de la popularité. Pourtant, il est l’un des plus grands coloristes et créateurs d’images de l’art moderne. D’après André Breton, c’est avec Chagall que la métaphore « marque son entrée triomphale dans la peinture moderne », pour « affranchir l’objet des lois de la pesanteur, de la gravité, abattre la barrière des éléments et des règnes ».
C’est cet envol des objets et cette fusion entre les règnes que donne à voir l’exposition « Monstres, chimères et figures hybrides » au musée Chagall de Nice jusqu’à la fin du mois d’octobre. À cette occasion, le musée présente une centaine d’œuvres dont beaucoup de dessins pour la plupart inédits. On retrouve les ânes peintres et les hommes à tête de boucs familiers à l’artiste, mais on découvre aussi des figures fantastiques plus surprenantes, tels un bouc à corps de violon, un coq à chapeau melon et un étonnant portrait du père de l’artiste en poisson. Ces images sont nées du mélange entre la culture artistique de Chagall, qui connaissait Bosch et Goya, la mythologie gréco-romaine et les fables judéo-russes, son éducation religieuse et ses souvenirs d’enfance.
Dans l’auditorium du musée, qui a été conçu par Chagall, on peut voir durant l’exposition de nombreuses maquettes de costumes pour l’opéra, tel l’étrange Monstre vert conçu pour L’Oiseau de feu de Stravinsky. Les métamorphoses opérées par l’artiste magicien n’ont pas de limites, puisque même l’alphabet hébreu se transforme en images (Les Temps changent-ils, 1920, encre sur papier), si bien que l’exposition s’apparente à un voyage dans un autre monde, où se mêlent le rêve, le mysticisme et l’humour.

Leïla Jarbouai

« Marc Chagall, monstres, chimères et figures hybrides », musée national Marc Chagall, avenue Docteur-Ménard, Nice (06), tél. 04 93 53 87 20, www.musee-chagall.fr, jusqu’au 29 octobre 2007.

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France