Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Ben (Vautier)

Ben (Vautier)

L'art du pour et du contre

L'Oeil - n° 594 - Septembre 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

De la route, c’est impossible de ne pas la voir. C’est pourquoi peu importe de savoir à quel numéro il habite, il suffit de la parcourir tout du long : quand elle apparaît au détour d’un virage, on ne peut pas la manquer. La maison où vit et travaille Ben sur les hauteurs de Nice est à l’image de l’œuvre de son propriétaire : envahissante et délirante. La maison de Ben croule sous les écritures accrochées en façade, son jardin est un véritable dépôt digne d’Emmaüs, et c’est entre vieux frigidaires, vieilles baignoires et autres vieilleries récupérées ici et là qu’il faut se frayer un chemin pour entrer dans la maison.
La maison, c’est peu dire  ! Elle est à elle seule un musée, un atelier, un centre de documentation, un secrétariat, un studio d’enregistrement, un salon où l’on débat, etc. Bref, un lieu de vie en permanente ébullition.

Ben, une marque etdes produits dérivés
Rien qu’à l’épaisseur de tous les dossiers qui se trouvent posés à touche-touche sur la grande table qui lui sert de bureau, on prend d’emblée la mesure de l’incroyable activité de Ben. Ajoutez à cela la folle logorrhée qui est la sienne dès la première minute de votre arrivée et jusqu’à l’ultime moment de votre départ, et le portrait de Ben est achevé.
Né Benjamin Vautier à Naples en 1935, Ben n’arrête pas. S’il dit perdre un peu la mémoire, rien de plus normal. Comment pourrait-il en être autrement avec tout ce qu’il a accumulé depuis tant et tant d’années  ? De l’« agit-prop », Ben a fait une véritable esthétique, fidèle en cela à Fluxus, qui l’a vu naître à l’art à la fin des années 1950. Fluxus, un mouvement dont le nom lui colle à la peau et l’identifie d’un seul coup.
Toujours vêtu de noir, Ben arbore le plus souvent un tee-shirt sur lequel est imprimée l’une de ses propres sentences : « Encore un mot », « Signé Ben », « Je veux la gloire », etc. Slogan, mot d’ordre, injonction, Ben est passé maître dans l’art de dire les choses, gourmand non seulement de formules lapidaires, mais aussi de longues et interminables diatribes, de débats sans fin, de pour et contre mémorables. Dévoreur de toutes les presses possibles, lui-même rédacteur en chef de son propre journal et de sa propre émission de radio, Ben surfe sur Internet comme d’autres sur les vagues. Mais il ne se contente jamais de la crête ; il adore pousser le raisonnement jusqu’au bout pour mieux le retourner, au risque de paraître paradoxal. Un orateur, un débatteur et un médiateur-né tout à la fois.
Provocateur à la façon d’un Salvador Dalí, narcissique comme l’était le génial César, Ben ne connaît aucune limite, « C’est tout », comme le revendique l’une de ses écritures. Le succès – notamment celui commercial de tous ses produits dérivés – aurait pu lui monter à la tête, mais il est resté tel qu’au premier jour. Simple, chaleureux et charismatique. Avide de savoir et de compréhension. Impatient de reconnaissance et d’affection. Inquiet du monde et de ses dérives permanentes. Ben ne peut s’empêcher d’avoir son mot à dire et il a souvent le mot juste. Ben ne peut s’empêcher de vouloir intervenir et ses actes sont souvent pertinents. Ben ne peut s’empêcher de penser qu’il a raison et c’est l’histoire qui le dira.

Philippe Piguet

Biographie

1935 Naissance de Benjamin Vautier à Naples. 1958 Ouverte à Nice, sa boutique devient un lieu d’expo. Il se rapproche d’Arman et de Klein. 1962 Vit quinze jours dans la vitrine de la galerie One, à Londres. Invité par Maciunas, il rejoint le groupe Fluxus. 1980 Il donne son nom à la Figuration libre, qui signe le retour de la peinture et abolit la frontière entre les formes d’expression. 1992 Sur le pavillon helvétique de l’exposition universelle à Séville, l’inscription « La suisse n’existe pas » fait scandale. L’affaire remonte jusqu’à la chambre des députés. 2004-2005 Réalise les timbres-poste : « C’est une invitation » et « Un grand merci ». 2007 Vit et travaille à Nice.

EN SAVOIR PLUS
L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France