Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Portraits hollandais

Portraits hollandais

L'Oeil - n° 593 - Juillet - août 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Un million cent mille portraits. C’est l’estimation haute du nombre de portraits peints en Hollande pendant tout le xviie siècle. La production exceptionnelle d’effigies à cette époque accompagne la réussite politique et financière d’une nouvelle élite sociale : la bourgeoisie. Banquiers, marchands, parlementaires ou magistrats demandent aux meilleurs peintres du temps d’immortaliser leur nouvelle fortune. Toutes les formules sont bonnes pour y parvenir. Portraits individuels, en couple ou en famille, chaque exemple est parfaitement illustré à travers une soixantaine de portraits exposés à la National Gallery de Londres.
L’exposition met l’accent sur le cas particulier des portraits de groupe pouvant réunir jusqu’à vingt protagonistes. Cette mode, partie d’Amsterdam à la fin du xvie siècle, trouve en Frans Hals un génial interprète dans la cité d’Haarlem. À partir de 1610, son succès lui attire de nouveau clients membres des polices urbaines, des corporations de métiers et des multiples institutions charitables de la ville.
En 1619, Nicolaes Eliasz Pickenoy innove avec son portrait de groupe fort original : La Leçon d’ostéologie du Dr Egbertsz. Le thème général des leçons d’anatomie, renouvelé plus tard par Rembrandt, apparaît comme l’une des inventions les plus surprenantes de l’art du portrait au-delà des Flandres.
Avec plus de vingt-cinq artistes représentés, l’exposition montre un panorama complet et édifiant du portrait hollandais au xviie siècle. Après 1610, les formes exacerbées des dernières tendances maniéristes s’estompent au profit d’une peinture sobre et élégante. Au fur et à mesure, les peintres chercheront à représenter leur modèle avec toujours plus de naturel. Les solutions pour y parvenir sont multiples et contrastées.
À la fin du siècle, le style raffiné de Caspar Netscher s’oppose à la manière rugueuse et tourmentée des derniers portraits de Rembrandt peints après 1660. La richesse du siècle d’or hollandais tient à cette étonnante diversité.

Bertrand Dumas

« Dutch Portraits : The Age of Rembrandt and Frans Hals », The National Gallery, Trafalgar Square, Londres (Grande-Bretagne), tél. 00 44 20 7747 2885, jusqu’au 16 septembre, www.nationalgallery.org.uk

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France