Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Jules Dupré

Jules Dupré

Portraitiste de la nature

L'Oeil - n° 593 - Juillet - août 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Fidèle à ses expositions ambitieuses, le musée de L’Isle-Adam présente la première exposition monographique de Jules Dupré (1811-1889). Car si des toiles du peintre figurent dans les plus prestigieux musées du monde, l’artiste, que l’on cite volontiers, est rarement de ceux que l’on analyse. C’est là le revers du succès d’un genre et, avec, d’un groupe que sont le paysagisme et l’école de Barbizon. Aussi les toiles de Corot, Daubigny, Rousseau et Vlaminck ne sont-elles que les luxueux étais d’une brillante investigation.
À l’abri des étiquettes et des poncifs, le commissaire a doté l’exposition de prêts insignes, provenant d’une vingtaine d’institutions hexagonales, et a rendu, avec une efficacité toute littérale, sa démonstration exemplaire. La preuve par l’image donc. Et pour images, des œuvres saisissantes dont les protagonistes, comme chez un Ruysdael, sont d’autant plus rares qu’ils s’effacent au profit de la seule qui vaille : la nature.
Une Nature majuscule qui est toujours retravaillée de mémoire dans l’atelier. Car Dupré, qui connaît la leçon de Gainsborough et de Turner, ne se satisfait pas du seul plein air. Il lui faut retoucher ses toiles comme l’on retouche un visage, parfaire l’idée de nature en la suggérant plus qu’en la peignant servilement. Ainsi ses arbres majestueux disputant aux cieux tumultueux le rôle principal. Ainsi ses marines aux cieux incendiaires et pourpres où semble sourdre une menace ineffable.
Scrutant l’essence irréductible d’un arbre, d’un nuage ou d’une vague, Dupré compose une peinture recueillie et équilibrée d’une savante précarité. Un souffle de vent ou une goutte de pluie et l’édifice s’effondre, le maquillage craque et la nature s’emballe. Se déchaîne peut-être. L’imminence d’un danger, quand le calme semble toujours précéder la tempête. Poursuivi par la nature, Dupré le fut depuis son nom prédestiné. Il le fut aussi jusqu’au nom du mal qui l’emporta, la « maladie de la pierre »…

Colin Lemoine

« Au fil de l’Oise, de Dupré à Vlaminck », musée d’Art et d’Histoire Louis Senlecq, 31, Grande Rue, L’Isle-Adam (95), tél. 01 34 69 45 44, jusqu’au 16 septembre 2007.

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France