Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Il était une fois la vie des Dan

Il était une fois la vie des Dan

L'Oeil - n° 593 - Juillet - août 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Cet art vigoureux, dru et réaliste, c’est celui des Dan qui occupent l’ouest de la Côte-d’Ivoire. Fidèles aux rites ancestraux, ils possèdent de nombreux masques qui rythment toutes les étapes de leur vie. Ceux qui sont actuellement exposés à la galerie Ratton-Hourdé pourraient dater du début du xxe siècle. Ce sont des masques de divertissement sans caractère sacré vraiment affirmé, reflets de la vie quotidienne. Les plus connus sont les masques de course portés par de jeunes hommes pour des compétitions organisées lors des fêtes de la circoncision ou de la récolte des ignames nouvelles. Les grands yeux ronds percés d’un trou permettaient au coureur de bien voir. Le visage régulier, d’allure féminine, à la patine lisse, est cependant toujours porté par un homme. Ces courses, au temps des guerres tribales, permettaient aux anciens de juger des qualités guerrières des participants.
Des yeux en amande à peine entrouverts annoncent au contraire le visage féminin d’un masque qui peut avoir diverses fonctions. Chanteur, danseur ou comédien, il est porté dans les fêtes. Couvert de matières sacrificielles, c’est le masque des gardiens des jeunes gens nouvellement circoncis.
Le Masque bagarreur incarne la force brutale. Dans son visage d’allure simiesque, la gueule largement projetée en avant laisse apercevoir des crocs prêts à mordre. Le Masque Grébo (peuple vivant au sud des Dan) est un masque cornu, très rare. Des cornes remplies d’ingrédients magiques étaient fixées dans la chevelure des guerriers de haut rang. Elles sont devenues ensuite des insignes de dignité.
« La cuillère est à la femme ce que le masque est à l’homme » dit un proverbe Dan. Certaines de ces femmes  sont de fortes matrones qui ont pour insigne de dignité une grande cuillère sculptée, réservée à celles dont l’hospitalité et la générosité sont reconnues par tous. Travaillées avec un soin extrême, ces cuillères également exposées dans la galerie reproduisent certaines parties du corps féminin, une belle tête ou de solides jambes.

Laure Meyer

« L’Art des Dan, Côte-d’Ivoire », galerie Ratton-Hourdé, 11, rue Bonaparte, Paris VIe, tél. 01 46 33 32 02, jusqu’au 28 juillet 2007.

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France