Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Rembrandt et le monde juif…

Rembrandt et le monde juif…

Leçon de tolérance

L'Oeil - n° 592 - Juin 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Au xviie siècle, des communautés juives venues du Portugal et d’Europe centrale s’installent à Amsterdam où règne une plus grande tolérance. Le regard de Rembrandt va en être modifié…

C’est à une passionnante lecture de l’œuvre de Rembrandt que nous convient Laurence Sigal-Klagsbald et Alexis Merle du Bourg, co-commissaires de la très érudite exposition qui se tient au musée d’Art et d’Histoire du judaïsme. Loin des célébrations officielles prétextant l’anniversaire de la naissance du peintre pour organiser de plus ou moins réussis rassemblements de gravures ou de toiles, cette ambitieuse manifestation s’interroge sur les rapports qu’entretint le grand maître hollandais avec la communauté juive d’Amsterdam. L’exposition questionne aussi sur l’influence que cette cohabitation tant géographique que spirituelle aurait eue sur son œuvre.

La « nouvelle Jérusalem », terre de relecture des Écritures
Soit un sujet éminemment délicat lorsque l’on sait les fantasmes romantiques, voire les délires d’historiens de l’art qui se sont attachés à « judaïser », dès le xviie siècle, la production rembranesque, baptisant « juifs » un nombre impressionnant de portraits pittoresques de vieillards mélancoliques ou de vagabonds en guenilles, avant de se rétracter de façon tout aussi radicale ces trente dernières années.
Infiniment plus subtil, le propos des deux commissaires est tout autre. Commençant par brosser le contexte économique et social d’Amsterdam au temps de Rembrandt (première place bancaire, financière et commerciale d’Europe, mais aussi terre de tolérance et d’accueil pour le philosophe Spinoza, comme pour les milliers de juifs originaires de la péninsule ibérique et d’Europe centrale fuyant les massacres et les persécutions), l’exposition brosse à travers quelque cent
quatre-vingt-dix peintures, gravures et documents rares, la rencontre inattendue et fructueuse qui s’opéra entre les communautés juive et protestante au sein de la cité, perçue, dès lors, comme la « nouvelle Jérusalem ».
C’est précisément dans ce contexte de débats théologiques et d’échanges intellectuels que s’inscrit l’originalité du regard porté par Rembrandt sur les juifs, en même temps que s’élabore sa relecture très novatrice et personnelle de la Bible et des sujets tirés de l’Ancien Testament. Soit une façon de transcender l’anecdotique pour mieux atteindre l’universel…

Bérénice Geoffroy-Schneiter

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France