Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > L'Oeil > Archives > Steven Parrino

Steven Parrino

C’est du brutal !

L'Oeil - n° 592 - Juin 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Familier de la scène punk new-yorkaise, Steven Parrino maltraite dans les années 1980 la peinture en général et le monochrome en particulier. Il dégrafe, plisse, étrangle, tranche ses toiles qui quittent parfois leurs châssis pour s’effondrer au sol. Plutôt que de « participer aux funérailles » d’un médium déjà mourant, Parrino dit alors se laisser « tenter par la nécrophilie ».
Ni nostalgique, ni bourreau, c’est avec la dépouille de la peinture qu’il bâtit désormais son langage. Monochromes tyrannisés ou graisseux, murs troués à coups de masse, plaques noires brillantes découpées à la tronçonneuse et guitares rugissantes, l’univers de Steven Parrino ne fait pas dans l’ouvrage de dame. Pas plus qu’il ne se décide pour un registre ou un niveau de langage. Maniant contre-culture et références savantes à l’art minimal, l’artiste opte pour une mise à plat de la culture américaine, de ses héros comme de ses marges les plus brutales : Frank Stella, les Hells Angels, Vampirella ou Warhol. Sans hiérarchie.
L’an passé, le Mamco à Genève s’était déjà doté d’une impressionnante exposition. Limpide, vivante, elle cueillait le spectateur de plein fouet pour dérouler une œuvre radicale qui n’avait de cesse de se renouveler et de se documenter elle-même. À son tour, « La Marque noire » rend hommage à cette pratique musclée du décloisonnement, transformant le Palais de Tokyo en une véritable plate-forme à l’assaut de l’artiste disparu en 2005 dans un accident de moto à l’âge de quarante-sept ans.
Modèles, héritages, performances, concerts, films, plutôt que rétrospective en forme de dithyrambe commémoratif, c’est un souffle, une énergie collective qu’a voulu esquisser Marc-Olivier Wahler. Le portrait d’une œuvre offensive qui assumerait ses effets bruts, y compris ceux de l’émotion ambiguë
provoquée par le spectacle de la destruction. À l’image d’un tout petit dessin de Parrino, placé en amorce de l’exposition genevoise : Iron Man le super-héros y atomisait littéralement le carré noir de Malevitch.

Manou Farine

« La Marque noire. Autour de Steven Parrino »

Palais de Tokyo, 13, avenue du Président-Wilson, Paris XVIe, tél. 01 47 23 38 86, jusqu’au 26 août 2007.

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France