Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > La gratuité des musées

La gratuité des musées

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

À l’heure où l’on parle de réduire la fracture sociale et de démocratiser la culture, les musées européens adoptent massivement des droits d’entrée, de plus en plus élevés. Si le directeur de la National Gallery, Neil MacGregor, souligne les vertus démocratiques de la gratuité, Françoise Cachin, directrice des Musées de France, considère au contraire que seul un système de tarification ciblée peut donner aux établissements les moyens d’une politique d’éducation dynamique, propre à attirer de nouveaux publics. Reste à voir si, financièrement, gratuité et efficacité sont réellement inconciliables.

Il faut poser sérieusement la question de la gratuité

Il peut sembler paradoxal que, malgré l’ultralibéralisme des années Thatcher, les grandes institutions londoniennes et les musées municipaux anglais aient réussi à maintenir la gratuité d’entrée, alors que la France rejette toutes les variantes du système : trop chères, et pas assez efficaces au niveau des publics. À l’heure où l’on prône la démocratisation de la culture, la question de la gratuité et des politiques tarifaires, en France et en Europe, mérite pourtant d’être posée.

Lire la suite >>

Un ticket pour la démocratisation des musées

“Démocratiser les pratiques culturelles�? : le mot est à la mode, et lorsqu’on parle d’accès aux collections nationales, c’est bien de démocratie qu’il s’agit. La gratuité des musées peut paraître à cet égard un droit du citoyen contribuable, et sa suppression dans la plupart des pays d’Europe ne s’est pas faite sans controverse. Pris entre deux logiques contradictoires – la mission de service public d’une part, le pragmatisme économique d’autre part –, les musées ou leurs autorités de tutelle ont adopté des positions médianes, à mi-chemin entre dérogation aux principes et compromis social. Le mouvement général va cependant dans le sens d’une augmentation significative des prix, d’une révision – souvent à la baisse – des régimes d’exonération, et d’une approche commerciale de la question. L’impact de ces changements sur le public reste un domaine peu exploré, qui commence tout juste à être défriché.

Lire la suite >>

MOTEUR DE RECHERCHE
Rechercher un dossier
Revue :
Mots dans le titre :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France