Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > La situation culturelle des grandes villes de France

La situation culturelle des grandes villes de France

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

À la veille des élections du 11 mars, nous achevons notre dossier sur la situation culturelle des grandes villes de France. Si à Toulouse, comme à Marseille, les infrastructures ne manquent pas, la création contemporaine, largement supportée par le milieu associatif, ne semble pas profiter des mannes municipales. Au Nord, Lille, capitale culturelle de l’Europe en 2004, s’apprête à jouer la carte de l’union. Avec le transfert de nombre des compétences des villes à la Communauté urbaine, la métropole lilloise pourrait s’affirmer dans les années à venir comme le centre d’un euro-pôle culturel avec ses voisins anglais, belge et luxembourgeois. Symbole prestigieux, Paris semble, elle, avoir perdu de son dynamisme. Profitant des investissements de l’État, la capitale s’est endormie dans une politique du strict nécessaire, ainsi que le montre notre enquête. Une situation que les principaux candidats, à gauche comme à droite, entendent bouleverser, à en croire les réponses de Jean Tiberi, Yves Contassot, Philippe Séguin et Bertrand Delanoë aux questions du Journal des Arts.

La métropole lilloise reste en quête d’harmonie

Difficile pour Lille d’accorder ses ambitions de capitale européenne et ses moyens : avec 182 000 habitants, cette ville moyenne est au cœur d’une conurbation de 1,1 million d’habitants et de 85 communes. À l’intérieur de cette métropole, quatre ou cinq villes ont investi dans des projets culturels majeurs dont tirent parti l’ensemble des habitants de la communauté urbaine. Bilan du morcellement : les investissements s’opèrent souvent sans concertation et les équipements se font parfois même concurrence au lieu de se compléter. Tout pourrait changer en 2002. La culture sera alors gérée par la Communauté urbaine de Lille (CUDL) aujourd’hui présidée par Pierre Mauroy. Ce transfert de compétences devrait permettre d’unifier les politiques tout en répartissant plus équitablement les coûts. L’épreuve de vérité pour cette harmonisation sera « Lille 2004 », lorsque la métropole lilloise sera capitale européenne de la culture. Didier Fusilier, responsable du comité d’organisation de « Lille 2004 » et ancien chef d’orchestre des « Inattendues » de Maubeuge, ne pourra se permettre de dissensions entre les communes partenaires.

Lire la suite >>

Toulouse sans réels débats

Alors que la campagne électorale s’accélère, se médiatise et se complique à quelques jours du scrutin, la question de la culture ne semble pas être au cœur du débat politique à Toulouse, même si un ancien ministre de la Culture, Philippe Douste-Blazy, brigue la mairie.

Lire la suite >>

MOTEUR DE RECHERCHE
Rechercher un dossier
Revue :
Mots dans le titre :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France