Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > La Cité interdite : côté Cour, côté jardin - Le Journal des Arts - n° 30 - Novembre 1996

Geoffroy-Schneiter Bérénice - 607 mots - Le Journal des Arts n° 30 - Novembre 1996

La Cité interdite : côté Cour, côté jardin

Au Petit Palais, l’art pompier des derniers empereurs

607 mots - Le Journal des Arts n° 30 - Novembre 1996

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

De Berlin à Lisbonne en passant par Rotterdam, pas moins de neuf expositions ont dévoilé, ces quinze dernières années, les "trésors" de la Cité interdite de Pékin. Le Petit Palais accueille à son tour quelque cent cinquante-sept pièces, toutes issues des collections du palais impérial. Loin de se résumer à un bric-à-brac incohérent, l’exposition préfère se concentrer sur les derniers feux de l’Empire chinois et de ses souverains, les Qing (1644-1911). N’en déplaise aux esthètes, qui stigmatisent bien souvent l’art académique et servile de ces "Barbares du Nord"...

PARIS - Le Petit Palais accueille cet automne une énième exposition consacrée à ces objets qui relèvent davantage de l’artisanat de cour que de l’art à proprement parler. "Un côté très Soliman le Magnifique, l’anti Nara", comme le résume non sans humour Gilles Béguin, conservateur au musée Cernuschi et commissaire général de l’exposition, par allusion au sobre dépouillement des quelque cinquante chefs-d’œuvre nippons présentés dans le Grand Palais voisin. Et pourtant, la muséographie de Philippe Pumain (qui signe é [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Les tribulations d’un pot en Chine
Alors que la Cité interdite exporte ses trésors en Occident, Jean-Pierre Raynaud imprime de sa marque la maison impériale chinoise en y exposant son gigantesque Pot doré. Après Berlin, où elle apparaissait suspendue au-dessus du plus grand chantier de la ville, la sculpture, qui épouse la forme exacte d’un pot de fleurs de 3,50 m de haut, poursuit sa transhumance depuis qu’elle a quitté sa terre d’origine : le parc de la Fondation Cartier, à Jouy-en-Josas, pour lequel elle avait été initialement créée en 1985. De là est née, en collaboration avec Cartier Hong Kong, l’idée de cette exposition, présentée jusqu’au 6 novembre, dans ce saint des saints de l’Histoire chinoise...

EN SAVOIR PLUS
EN SAVOIR PLUS
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France