Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > François Pinault s’offre Christie’s - Le Journal des Arts - n° 61 - 22 mai 1998

Tariant Eric - 645 mots - Le Journal des Arts n° 61 - 22 mai 1998

François Pinault s’offre Christie’s

Le propriétaire de Pinault-Le Printemps-La Redoute marie l’art et les affaires

645 mots - Le Journal des Arts n° 61 - 22 mai 1998

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Après être devenu le 5 mai le premier actionnaire de Christie’s en rachetant 29,1 % de son capital, François Pinault a lancé le 18 mai une Offre publique d’achat (OPA) amicale sur le leader mondial des ventes aux enchères.

PARIS - François Pinault a deux amours, les affaires et l’art. L’ancien marchand de bois breton a su, en trente ans, bâtir un empire industriel pesant aujourd’hui quelque 25 milliards de francs. En parallèle, l’homme d’affaires, qui nourrit une véritable passion pour l’art contemporain, s’est constitué une collection d’œuvres comprenant notamment des tableaux de Mondrian, Pollock et Rauschenberg. Le 5 mai, les milieux financiers et les acteurs du marché de l’art ont [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Pinault accueilli à bras ouverts

Claude Blaizot, président du Syndicat national des antiquaires

Je compte sur ce nouvel allié pour se joindre à nous, afin de lutter contre les entraves juridiques et fiscales qui risquent d’entraver le bon fonctionnement du marché de l’art en Europe. Joël-Marie Millon, président de la Compagnie des commissaires-priseurs de Paris.

François Pinault pourrait constituer un allié dans notre combat pour faire de Paris une place compétitive et attrayante fiscalement. Cet investissement souligne plus encore l’urgence de la réforme. Si un investisseur voulait aujourd’hui prendre des parts dans Drouot S.A., il ne le pourrait pas car les études n’ont pas le droit de se constituer en sociétés commerciales. Jacques Tajan, commissaire-priseur

Tout ceci est à la fois réjouissant et navrant. Réjouissant parce que l’on se dit qu’il y a encore des grands hommes d’affaires qui s’intéressent au marché de l’art et qui le prouvent en investissant des sommes considérables. Attristant, car je réclame depuis vingt-cinq ou trente ans la réforme de la profession, de façon à ce que nous puissions créer des sociétés de capitaux et nous appuyer sur de grands capitaines d’industrie, à même de venir épauler l’expansion de nos affaires. Pendant ce temps, la réforme continue de traîner en longueur et les maisons anglaises, elles, prospèrent. François Pinault a investi 1,5 milliard de francs dans une maison anglaise, à défaut d’avoir pu le faire dans une maison française, ce que la législation lui interdit. Il faut que la réforme se fasse complètement, que ce soit une réforme statutaire, réglementaire et fiscale. Laure de Beauvau Craon, directeur-général de Sotheby’s Europe et présidente de Sotheby’s France

C’est une très bonne nouvelle. François Pinault est un grand homme d’affaires, doublé d’un grand collectionneur. Le marché de l’art a besoin d’hommes de sa trempe. Le fait qu’une des deux grandes maisons de vente passe sous contrôle français est significatif du rôle que la France va jouer dans le marché mondial de l’art. Souren Melikian (International Herald Tribune, 9-10 mai)

Paris est-il sur le point de retrouver son rôle de capitale européenne du marché de l’art ? L’achat par Pinault de 29,1 % des actions de Christie’s et la forte présence française à l’International Fine Art Fair de New York laissent penser que cela pourrait intervenir à relativement court terme. (...) L’ouverture du marché français devrait se révéler plus aisée, du point de vue français, si le contrôle de Christie’s passait dans des mains françaises. Dans une telle perspective, le pouvoir de décision serait relocalisé à Paris. Cela modifierait complètement le monde des ventes aux enchères. Le potentiel de Paris est énorme. Les ventes publiques requièrent un marché de l’art vigoureux. Paris en est pourvu.

EN SAVOIR PLUS
EN SAVOIR PLUS
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France