Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Un centenaire toujours vert - Le Journal des Arts - n° 68 - 9 octobre 1998

Draguet Michel - 515 mots - Le Journal des Arts n° 68 - 9 octobre 1998

Un centenaire toujours vert

De Namur à Paris : hommage à Félicien Rops

515 mots - Le Journal des Arts n° 68 - 9 octobre 1998

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Le 23 août 1898, Rops mourait à Corbeil-Essonnes, laissant derrière lui une œuvre sulfureuse vouée aux Enfers des bibliothèques. Avant que Paris ne présente ses dessins, sa ville natale lui rend un hommage d’autant plus remarquable que l’artiste y avait longtemps été jugé indésirable.

NAMUR. Rops a toujours vu dans Namur une ville bourgeoise et cléricale. Frondeur et libertin, l’artiste ne lui est pas moins resté fidèle, même si Bruxelles puis Paris l’ont attiré, car, pour lui, la modernité est affaire de capitale. À la Maison de la culture, la rétrospective offre nombre de chefs-d’œuvre rarement montrés, comme la Tentation de saint Antoine, l’Attrapage, l’Enlèvement ou la Mort au bal. Le parcours chronologique reprend les grandes étapes de la vie [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Rops à Paris

Personnage atypique, libre penseur et artisan de génie, Rops se liera à Baudelaire avant de devenir un des illustrateurs les plus en vue de Paris. Barbey d’Aurevilly, Verlaine, Mallarmé, Péladan ou Darzens bénéficieront de ses frontispices, qui font autant vendre qu’ils ne choquent. Bien que ses principaux chefs-d’œuvre soient des dessins, ceux-ci sont la facette la moins étudiée de son travail. Du 21 octobre au 13 décembre, le Musée-Galerie de la Seita (12 rue Surcouf, 75007 Paris) en réunira une soixantaine, allant de 1861 à 1888 : une série des Sataniques et des Diaboliques (1882), et quelques-uns des Cent légers croquis pour réjouir les honnêtes gens, où se côtoient crayon gras, fusain, aquarelle, pastel et gouache, ainsi que détrempe et encre de Chine. L’Œil (n° 501) consacrera un dossier à cette exposition.

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France