Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Les associations picturales de Sir Nicholas Serota - Le Journal des Arts - n° 96 - 7 janvier 2000

Feaver William - 1884 mots - Le Journal des Arts n° 96 - 7 janvier 2000

Les associations picturales de Sir Nicholas Serota

Avant l’ouverture de la nouvelle Tate gallery, son directeur présente des choix personnels

1884 mots - Le Journal des Arts n° 96 - 7 janvier 2000

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Après l’écrivain J.-G. Ballard (lire le JdA n° 87, 27 août 1999), c’est au tour de Nicholas Serota (photo 1), directeur de la Tate Gallery depuis 1988, de participer à la série d’entretiens, « The Mind’s Eye », organisée par les critiques d’art William Feaver et Judy Digney en collaboration avec notre partenaire éditorial The Art Newspaper. Né en 1946, il a fait ses études à Cambridge et au Courtauld Institute. Se passionnant, dès le début de sa carrière, pour l’organisation d’expositions et travaillant en étroite collaboration avec les artistes, il a dirigé le Musée d’art moderne d’Oxford et la Whitechapel Art Gallery. Nicholas Serota est à l’origine de la Tate Modern, qui ouvrira en mai dans la centrale électrique reconvertie de Bankside, sur la Tamise, projet lancé en 1992 alors qu’aucun financement n’avait encore été prévu. Aujourd’hui, avec Rudi Fuchs, directeur du Stedelijk à Amsterdam, et David Ross, du Musée d’art moderne de San Francisco, il a été choisi pour conseiller le Musée d’art contemporain de Castello di Rivoli et la Galerie municipale d’art moderne de Turin dans leur politique d’acquisitions et leur programme d’expositions. N’hésitant pas à rapprocher Poussin et Mondrian, il a choisi et commente des œuvres qui ont marqué sa vie.

Nicholas Serota, quand l’art a-t-il commencé à occuper votre vie ? Vers l’âge de vingt ans, j’ai réalisé que je passais de plus en plus de temps dans les musées. J’étudiais l’économie à Cambridge, mais j’ai par la suite choisi l’histoire de l’art. Ce qui m’enthousiasmait le plus était d’aller au Fitzwilliam Museum et de recevoir l’enseignement de Michael Jaffe, un professeur remarquable et plus tard un étonnant directeur de ce musée. [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France