Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Giverny - Le Musée d’art américain change de cap

Giverny - Le Musée d’art américain change de cap

Le musée privé géré par la Terra Foundation s’apprête à devenir un établissement public placé sous la houlette du Conseil général de l’Eure.

Le Journal des Arts - n° 278 - 28 mars 2008

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Suite à la décision de la Terra Foundation de se concentrer sur ses activités de mécénat, le Musée d’art américain de Giverny est en passe de devenir un établissement public de coopération culturelle. Avec le Conseil général de l’Eure aux commandes, ce projet, encore au stade de la prospective, devrait voir le site se consacrer à l’impressionnisme, avec pour partenaire le Musée d’Orsay.

Giverny - C’est une nouvelle ère qui attend le Musée d’art américain de Giverny (Eure). Gérée et entièrement financée par la Terra Foundation for American Art, l’institution privée est en passe de devenir un établissement public de coopération culturelle (EPCC). Encore au stade de la prospective, le projet initié par la fondation basée à Chicago, qui a sollicité le Conseil général de l’Eure, verrait le musée givernois se transformer en site vraisemblablement consacré à l’impressionnisme dès le printemps 2009.
Ouvert depuis 1992, le Musée d’art américain de Giverny est le troisième musée fondé par Daniel J. Terra (1911-1996), après celui d’Evanston (près de Chicago, ouvert de 1980 à 1987) et de Chicago (ouvert de 1987 à 2004). Sur les traces de la colonie d’artistes impressionnistes américains, Daniel J. Terra, riche industriel et collectionneur, s’était installé à Giverny où sa fondation possède aujourd’hui encore neuf propriétés. Créé à l’image d’un avant-poste présentant les œuvres de la collection, le musée s’est rapidement ouvert aux expositions transversales et aux missions pédagogiques. Selon Diego Candil, administrateur du musée depuis 7 ans, cette nouvelle mue correspond à un vrai désir d’évolution. La fondation souhaitant se consacrer exclusivement au soutien financier de projets artistiques autour de l’art américain en devenant une grant foundation, elle a choisi de se dégager de la gestion du musée tout en restant propriétaire des lieux.

Musée ou centre d’art ?
La structure administrative de l’institution subira les transformations de rigueur. Un conservateur du patrimoine sera nommé à la direction, mais de nombreux aspects restent encore à définir comme, par exemple, le nom ou la mission scientifique. Musée ou centre d’art, le choix reste également à faire. Le site de Giverny n’étant qu’une plate-forme pour les œuvres qui, à l’occasion d’expositions in situ ou ailleurs en Europe, voyagent depuis Chicago où les 700 pièces de la collection Terra sont stockées, le nouvel établissement n’est aujourd’hui qu’une coquille vide. Deux musées parisiens spécialisés dans l’art du XIXe siècle ont été contactés pour la création d’un partenariat. Diego Candil confirme que Serge Lemoine, alors à la tête du Musée d’Orsay, à Paris, a été le premier interlocuteur. Fraîchement nommé, son successeur Guy Cogeval n’a pas souhaité s’exprimer sur ce dossier. Offrant des facilités de prêts d’oeuvres et de financements selon la thématiques des expositions à venir, la Terra Foundation fera partie intégrante de ce partenariat. Le département de l’Eure en est au stade de la sollicitation, avec en ligne de mire le Région Haute-Normandie et la Communauté d’agglomération des portes de l’Eure, soit 41 communes dont Giverny. Si la programmation du musée pour l’année 2009 dépend de ces partenariats encore à établir, la Terra Foundation conserve ses activités pédagogiques sur le site. Les résidences proposées pendant l’été aux artistes et aux doctorants travaillant sur l’art américain ou les échanges transatlantiques sont maintenus. Avec 100 000 visiteurs d’avril à octobre, le musée bénéficie de l’attractivité de la Fondation Claude Monet dont les dates d’ouverture sont identiques. Le changement de cap vers le thème plus fédérateur de l’impressionnisme laisse augurer d’une augmentation conséquente de la fréquentation. Un succès susceptible de mener, à terme, à une ouverture toute l’année de l’établissement.

Maureen Marozeau

Musée d'Art Américain
© N. Mathéus

L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France