Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Poussin, peintre d’images saintes - Le Journal des Arts - n° 122 - 2 mars 2001

Lasnier Jean-François - 415 mots - Le Journal des Arts n° 122 - 2 mars 2001

Poussin, peintre d’images saintes

415 mots - Le Journal des Arts n° 122 - 2 mars 2001

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Premier Poussin entré au Louvre depuis L’Inspiration du poète en 1911, Sainte Françoise Romaine annonçant à Rome la fin de la peste, réapparue après deux siècles d’oubli, méritait bien une exposition. En insistant sur le contexte romain de l’œuvre, celle-ci pose un nouveau regard sur Poussin, peintre d’« images saintes ».

PARIS - “Le Dieu caché”, la récente exposition de la villa Médicis, s’efforçait de distinguer, à travers les chefs-d’œuvre de Poussin, Vouet, Champaigne, La Tour ou La Hyre, une manière typiquement française de peindre la divinité, accordée à la spiritualité gallicane. Présentée aujourd’hui au Louvre, au côté de Sainte Françoise Romaine, L’Annonciation de Poussin (Londres) s’affirmait alors comme l’un des exemples les plus aboutis de cette esthétique. Ces deux tableaux montrent, selon Marc Fumaroli, un [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Deux siècles d’oubli

Disparue depuis deux siècles, la Sainte Françoise Romaine de Poussin n’était plus connue que grâce à deux gravures, l’une de Pietro del Po, l’autre de Girard Audran. Restée dans la collection Rospigliosi-Pallavicini jusqu’en 1798, elle est alors vendue par les héritiers du cardinal. Plus tard, la toile entre en possession du secrétaire de l’Académie de France, Alexis Le Go, et quitte Rome avec lui, en 1873, pour le midi de la France. Progressivement tombée dans l’oubli, elle est proposée, en 1998, à un antiquaire marseillais qui la fait identifier par l’expert Éric Turquin. Tous les spécialistes de Poussin confirment ensuite l’attribution. La Société des Amis du Louvre – aidée par le Fonds du Patrimoine, les crédits de la RMN et du mécénat – va alors jouer un rôle déterminant dans l’acquisition du tableau pour 45 millions de francs. Celui-ci est aujourd’hui l’objet d’une exposition et d’un catalogue grâce au soutien de Mme Akram Ojjeh.

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France