Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Les mystères de West - Le Journal des Arts - n° 147 - 19 avril 2002

Michelon Olivier - 565 mots - Le Journal des Arts n° 147 - 19 avril 2002

Les mystères de West

Rétrospective de l’artiste autrichien à Marseille

565 mots - Le Journal des Arts n° 147 - 19 avril 2002

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Apparu sur la scène artistique au milieu des années 1970, Franz West fait l’objet d’une rétrospective au Mac/Galeries contemporaines des Musées de Marseille. L’artiste négocie avec un flegme certain sa notoriété. Il présente sa collection, invite ses étudiants, et continue à appeler, par le biais de ses œuvres, la participation physique ou mentale des spectateurs.

MARSEILLE - Étrangement, c’est par une sculpture bien sage que s’ouvre la rétrospective de Franz West au Musée d’art contemporain de Marseille. Ealan’s Desire (1991-2001), une série de pièces en fer forgé, accompagnée d’une vidéo, est tout ce qu’il y a de plus muséal. On regarde, mais on ne touche pas. Les débordements sont plutôt en face, promis par une affiche réalisée en 2001 par l’artiste. Dans le travail pictural de West, largement présenté [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Quelque part sur la Terre

Après Bruno Peinado, c’est au tour de Jun Yang (récemment exposé à la villa Arson, lire le JdA n°142, le 8 février 2002) de s’emparer de la [mac]room, espace consacré par le musée marseillais à des projets plus expérimentaux. Autrichien d’origine chinoise, Jun Yang, envisage sa biographie comme un territoire mouvant, où la mémoire se mêle à ses souvenirs de jeune Occidental nourri par Hollywood. Intitulées Levez-vous, levez-vous et Comme si tu venais de te réveiller et que c’est le nouvel an ou le jour de l’indépendance, les maquettes qu’il présente évoquent ainsi deux villes de partout et de nulle part, ni trop grandes, ni trop petites, sans réelle identité. À côté, dans la vidéo Coming home, Jun Yang raconte son enfance en évoquant ses souvenirs culinaires. C’est sous un plafond archétypal de restaurant asiatique que le spectateur est invité à partager les souvenirs de l’artiste, élevé dans l’établissement de ses parents.

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France