Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Le destin d’Adèle

Documentaire

Le destin d’Adèle

Le Journal des Arts - n° 272 - 4 janvier 2008

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

En juin 2006, Adèle Bloch-Bauer I, un portrait de Gustav Klimt de 1907, était vendu au magnat américain des cosmétiques Ronald Lauder pour la somme record de 135 millions de dollars, devenant l’œuvre d’art la plus chère du monde. Le tableau était encore quelques mois plus tôt l’un des fleurons du Musée du Belvédère à Vienne. Cette transaction était l’épilogue d’une bataille judiciaire longue de plus d’un demi-siècle. Arte diffuse le 17 janvier l’Affaire Klimt (2006), un documentaire qui narre cette histoire hors du commun.

Au début du XXe siècle, l’industriel d’origine juive Ferdinand Bloch-Bauer et son épouse Adèle font l’acquisition de cinq tableaux de Klimt, parmi lesquels le fameux portrait. Adèle meurt prématurément en 1925. Son testament stipule que les toiles doivent revenir au Musée du Belvédère après sa mort. En 1938, Ferdinand Bloch-Bauer fuit vers la Suisse. Ses biens sont alors confisqués par les nazis et les tableaux de Klimt versés dans la collection du Musée du Belvédère. Sans enfants, Bloch-Bauer désigne à sa mort, en 1945, ses neveux et nièces comme héritiers. Dès 1948, l’une d’entre eux, Maria Altman, réclame les Klimt à l’Autriche. En 1998, le pays adopte une loi sur la restitution des œuvres spoliées et une enquête conclut la même année à la non-conformité du testament d’Adèle. Devant le refus réitéré des autorités de rendre les œuvres, Maria Altman lance un ultime recours devant la Cour suprême des États-Unis, qui arbitre finalement en sa faveur en 2004. L’Autriche n’ayant pas les moyens de racheter les œuvres, alors évaluées à 300 millions de dollars, celles-ci partent vers les États-Unis, où vit Maria Altman. Elle a 90 ans quand elle récupère enfin ses tableaux. Le documentaire d’Arte retrace les péripéties de cette restitution. C’est aussi une chronique de l’une des époques les plus brillantes de l’histoire autrichienne récente – la Sécession, qui voit se rassembler à Vienne autour de 1 900 artistes, mécènes et bourgeois éclairés – comme de ses heures les plus sombres.

Grislain Louise

L’AFFAIRE KLIMT

Documentaire de Jane Chablani et Martin Smith, diffusé sur Arte le 17 janvier à 22h30, 2006, 88 minutes.

EN SAVOIR PLUS
L'oeil : abonnez-vousAbonnez-vous au Journal des Arts
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
MOTEUR DE RECHERCHE
Retrouvez les archives du Journal des Arts (depuis 1994),
de L’œil (depuis 1998) et du JournaldesArts.fr (depuis 2008)
Revue :
Mots dans le titre :
Mots dans l'article :
Auteur :
Date de parution du :
au :
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France