Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Une passion très privée - Le Journal des Arts - n° 168 - 4 avril 2003

Bensard Eva - 924 mots - Le Journal des Arts n° 168 - 4 avril 2003

Une passion très privée

Lyon révèle les chefs-d’œuvre de la collection Winthrop

924 mots - Le Journal des Arts n° 168 - 4 avril 2003

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Pour la première fois, les plus belles œuvres de la collection Winthrop, jusqu’ici conservées au Fogg Art Museum de l’université d’Harvard (près de Boston), sont présentées en Europe, au Musée des beaux-arts de Lyon. D’une grande cohérence, cet ensemble riche en dessins du XIXe siècle recèle des chefs-d’œuvre de Prud’hon, Ingres, Géricault, Delacroix, Gustave Moreau, Burne-Jones, Rossetti, Seurat ou Whistler.

LYON - Profondément réservé, voire secret, le collectionneur américain Grenville Lindall Winthrop (1864-1943) vécut sa passion pour les œuvres d’art de manière très confidentielle, ne la partageant qu’avec un cercle restreint de parents ou de proches. Cette discrétion explique probablement le peu de bruit fait autour de la collection de son vivant. Après sa mort, ses 4 000 peintures, dessins et objets d’art demeurèrent peu connus du grand public, le legs de Winthrop au Fogg Art Museum de [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Winthrop en voyage d'affaires ?

Comment la collection de Grenville L. Winthrop a-t-elle pu quitter l'enceinte de l'université d'Harvard, alors que le legs du collectionneur stipulait qu'elle ne devait jamais en sortir afin de demeurer en permanence visible pour les étudiants ? Contactés à ce sujet, Vincent Pomarède, directeur du Musée des beaux-arts de Lyon, et Stephan Wolohojian, commissaire de l'exposition et conservateur au Fogg Art Museum d'Harvard, ont déclaré ne pas connaître précisément les tenants et les aboutissants juridiques du dossier. Selon Matthew Barone, attaché de presse du Fogg Art Museum, "l'administration du musée, qui a étudié de près les clauses du legs de G. Winthrop, n'a trouvé aucun élément indiquant que la collection ne pouvait voyager. La condition première était que les œuvres ne soient pas séparées. Or aucun objet n'a été prêté indépendamment des autres", précise-t-il. Déjà, l'exposition Barnes avait permis en 1994 de financer les travaux de rénovation de la fondation du même nom.

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France