Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > L’art contemporain se dérobe - Le Journal des Arts - n° 170 - 2 mai 2003

Barabant Gilles - 1087 mots - Le Journal des Arts n° 170 - 2 mai 2003

L’art contemporain se dérobe

De la difficulté de traiter les œuvres récentes

1087 mots - Le Journal des Arts n° 170 - 2 mai 2003

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

La naissance de l’art moderne coïncide avec une extraordinaire diversification des matériaux et des techniques qui s’explique par la logique de rupture introduite par les avant-gardes mais aussi par l’évolution de la société industrielle. Avec Picasso, qui invente le collage en introduisant un fragment de la réalité dans l’image, avec Boccioni, qui préconise l’emploi de tous les matériaux et de toutes les techniques afin de “détruire la prétendue noblesse du marbre ou du bronze?, avec Duchamp qui réalise son premier ready-made, le paysage est planté dès avant la Première Guerre mondiale. De l’utilisation des éléments organiques les plus simples et les plus humbles, jusqu’aux produits les plus complexes offerts par la technologie, le panorama de la création contemporaine recouvre une gamme presque infinie de procédés et de supports qui échappent au champ conventionnel de l’art et peuvent poser de véritables défis techniques et déontologiques de conservation et de restauration. S’il n’est pas sûr que l’architecture contemporaine puisse se transformer un jour en belles ruines, il est parfois certain, pour paraphraser Claude Lévi-Strauss, que l’art contemporain ira “de la fraîcheur à la décrépitude sans s’arrêter à l’ancienneté?.

La peinture n’est certes pas morte avec l’art moderne, mais elle s’est cependant considérablement modifiée. L’emploi croissant des liants synthétiques – acryliques ou vinyliques – depuis le milieu du XXe siècle, allié à de nouvelles techniques de mise en œuvre, crée des fragilités ou des sensibilités particulières. Les peintures mates et non vernies qui forment l’essentiel de la création sont ainsi beaucoup plus exposées à un empoussièrement et à un encrassement qui peuvent se révéler difficilement réversibles. Les [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France