Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > La fine fleur d’un genre - Le Journal des Arts - n° 172 - 30 mai 2003

Bensard Eva - 840 mots - Le Journal des Arts n° 172 - 30 mai 2003

La fine fleur d’un genre

Marseille révèle la virtuosité d’Anne Vallayer-Coster

840 mots - Le Journal des Arts n° 172 - 30 mai 2003

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Peintre de natures mortes de la fin du XVIIIe siècle, Anne Vallayer-Coster a laissé un œuvre où se distinguent les tableaux de fleurs, genre dans lequel elle excellait. Pour la première fois, cette production restée longtemps confidentielle fait l’objet d’une exposition réunissant, autour des paniers de fruits, trophées de chasse, bouquets et portraits de l’artiste, quelques œuvres de Chardin et Delaporte. Organisée à l’initiative du Musée de Dallas et présentée à la National Gallery de Washington puis à la Frick Collection de New York, cette rétrospective est exceptionnellement accueillie en France, au Centre de la Vieille-Charité à Marseille.

MARSEILLE - Célèbre et célébrée de son vivant, Anne Vallayer-Coster (1744-1818) ne jouit plus aujourd’hui de la même notoriété que sa contemporaine Élisabeth Vigée-Le Brun. À l’image de l’illustre portraitiste de la famille royale, elle mena pourtant une carrière officielle exemplaire et suscita les éloges des critiques les plus exigeants de son temps. Ainsi de Diderot, qui déclara : “Melle Vallayer nous étonne autant qu’elle nous enchante, toutes les productions de la nature semblent éclore sous son pinceau.& [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Les femmes peintres et l’Académie

Comme Élisabeth Vigée-Le Brun et Adélaïde Labille-Guiard, Anne Vallayer-Coster fut l’une des rares artistes femmes reçues à l’Académie royale de peinture et de sculpture. Mais elle le fut dans un genre considéré comme mineur – la nature morte – puisqu’elle ne pouvait, comme l’ensemble des personnes de son sexe, devenir peintre d’histoire, le grand genre dans la hiérarchie de la peinture fixée par l’Académie. Pour des raisons de décence, les femmes n’étaient en effet pas admises à suivre les cours de nu masculin qui y étaient dispensés, et devaient donc se cantonner à des genres moins prestigieux comme le portrait ou la nature morte.

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France