Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Dans l’ombre de Kahnweiler - Le Journal des Arts - n° 180 - 7 novembre 2003

Bétard Daphné - 554 mots - Le Journal des Arts n° 180 - 7 novembre 2003

Donation

Dans l’ombre de Kahnweiler

554 mots - Le Journal des Arts n° 180 - 7 novembre 2003

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

La donation Maurice Jardot, qui comprend des toiles de Picasso, Braque, Léger ou Masson, est exposée à Belfort depuis 1999. Peu après le décès du collectionneur, en mai 2002, l’ensemble s’est enrichi d’un second legs.

BELFORT - Venu rejoindre Daniel-Henry Kahnweiler en 1957 à la direction de la galerie Louise Leiris, Maurice Jardot (lire l’encadré) est longtemps resté dans l’ombre du célèbre marchand et des grands artistes qu’il a côtoyés, Braque, Léger ou Picasso. En léguant en 1997 plus d’une centaine de pièces de sa collection à la ville de Belfort, Maurice Jardot sort de ce quasi-anonymat. Deux tableaux de Picasso, Nu de dos (1941) et Femme nue couchée dans un intérieur (1961), l’é [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Qui était Maurice Jardot ?

Né en 1911 dans un petit village proche de Belfort, Maurice Jardot devient inspecteur des Monuments historiques à la fin des années 1930. En 1945, il est nommé à la tête des Affaires culturelles de la délégation du gouvernement militaire français pour le pays de Bade. Chargé d’initier les jeunes Allemands à l’art moderne, il organise sa première exposition, « Les maîtres de la peinture française contemporaine » (1947), et fait appel à cette occasion à Daniel-Henry Kahnweiler. En 1953, il intervient auprès de Le Corbusier pour qu’il construise une chapelle à Ronchamp, et présente une grande exposition « Picasso » à São Paulo. Trois ans plus tard, en 1956, il rejoint Kahnweiler à la direction de la galerie Leiris où il organise de nombreuses expositions (pas moins de 7 consacrées à Picasso). En 1996, il cesse ses activités et, l’année suivante, fait don de sa collection à la ville de Belfort. Il décède le 29 mai 2002. À lire : Christine Lorach, Mémoire de maîtrise, Histoire de l’art, université Marc-Bloch, Strasbourg II, 1999.

EN SAVOIR PLUS
EN SAVOIR PLUS
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France