Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Perret, la noblesse du béton - Le Journal des Arts - n° 188 - 5 mars 2004

Bensard Eva - 861 mots - Le Journal des Arts n° 188 - 5 mars 2004

Architecture

Perret, la noblesse du béton

861 mots - Le Journal des Arts n° 188 - 5 mars 2004

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Alors que la ville du Havre est proposée pour être inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, l’IFA présente à Paris une importante exposition consacrée à l’architecte de « l’ordre du béton armé ».

PARIS - Présentée au Havre en 2002 (lire le JdA n°156, 11 octobre 2002) et à Turin en 2003, l’exposition consacrée à Auguste Perret (1874-1954) fait enfin halte à Paris, dans les locaux de l’Institut français d’architecture (IFA), à l’origine du projet. Les espaces du palais de la Porte-Dorée (ancien Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie) se prêtent idéalement à cette rétrospective. C’est en effet de part et d’autre de la salle des fêtes conçue dans [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Itinéraire Perret à Paris

En complément de l’exposition, l’IFA propose un programme de promenades urbaines autour de l’œuvre d’Auguste Perret (inscription au 01 58 51 52 82). Avec ou sans guide, voici les principales réalisations de l’architecte-constructeur à Paris et en Île-de-France. Immeuble et agence 25 bis, rue Benjamin-Franklin, 75116 ; M° Trocadéro. Édifié en 1903-1904, l’édifice marque un jalon important dans la pensée architecturale moderne. Premier immeuble d’habitation en béton armé, il est habillé d’une riche gamme de revêtements en céramique. Ce n’est qu’à la fin des années 1920 que « l’ossature apparente affirme progressivement son hégémonie », souligne James Njoo dans L’Encyclopédie Perret. Théâtre des Champs-Élysées (1910-1913), 15, av. Montaigne, 75008 ; M° Alma-Marceau. Appelés comme entrepreneurs par l’architecte Van de Velde, les Perret deviennent rapidement l’âme du projet. Cette réalisation, à laquelle collaborèrent pour le décor Maurice Denis et Antoine Bourdelle, donnera un tour nouveau à leur carrière. Église Notre-Dame-de-la-Consolation (1922-1923), 83, av. de la Résistance, Le Raincy ; RER E, Le Raincy-Villemonble. Édifié en treize mois avec des moyens limités, ce sanctuaire aux allures de hangar eut un retentissement considérable à son achèvement. Il présente une nef de plus de 1 000 m2 en béton armé. Salle Cortot de l’École normale de musique (1928-1929), 76, rue Cardinet, 75017, M° Malesherbes. « Pour moi, qui ai été témoin du coup de génie par lequel il [Auguste Perret] a transformé un emplacement défavorable en un amphithéâtre dont les lignes évoquent la perfection grecque tout en s’inspirant de ce modernisme raffiné dont le Théâtre des Champs-Élysées offre le plus bel exemple qui soit au monde, je ne puis que le remercier d’avoir donné aux mélomanes comme aux virtuoses le cadre idéal […]. Il nous avait dit : “Je vous ferai une salle qui sonne comme un violon.�? Il a dit vrai. Mais il se trouve – ce qui dépasse nos espérances – que ce violon est un Stradivarius », déclara Alfred Cortot après sa réalisation. Immeuble du 51-55, rue Raynouard, 75016 ; M° Bir-Hakeim. Cet immeuble en proue de navire a été construit par les Perret pour abriter leur agence et leurs appartements personnels. « C’est l’ossature du béton armé, composée pour rester apparente à l’intérieur comme à l’extérieur, qui orne la maison », expliqua Auguste. Mobilier national (1934-1936), 1, rue Berbier-du-Mets et rue Croulebarbe, 75013 ; M° Gobelins. Réalisation décisive dans l’élaboration d’un « ordre du béton armé », ce palais urbain répond à un programme complexe, puisqu’il devait abriter à la fois des entrepôts, ateliers de restauration, bureaux, appartements et un musée. Musée des travaux publics (1936-1948), actuel siège du Conseil économique et social, 9, place d’Iéna, 75116 ; M° Iéna. Architecture-manifeste de « l’ordre du béton armé », l’édifice est doté d’une double ossature et d’une vaste colonnade inspirée de la tradition classique. Pour en savoir plus : www.archi.fr/IFA-CHAILLOT

EN SAVOIR PLUS
EN SAVOIR PLUS
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France