Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > L’opéra funeste de Monsù Desiderio - Le Journal des Arts - n° 204 - 3 décembre 2004

Morel Guillaume - 855 mots - Le Journal des Arts n° 204 - 3 décembre 2004

Découverte

L’opéra funeste de Monsù Desiderio

855 mots - Le Journal des Arts n° 204 - 3 décembre 2004

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Sous le nom mystérieux de « Monsù Desiderio » se cachent au moins deux artistes du XVIIe siècle, François de Nomé et Didier Barra. L’exposition de Metz dévoile un œuvre inclassable, crépusculaire et fascinant.

Metz - L’histoire commence comme une véritable enquête policière. Qui se cache derrière le mystérieux patronyme de « Monsù Desiderio » ? Principalement deux artistes, François de Nomé et Didier Barra, et sans doute bien d’autres travaillant dans leurs ateliers. Nés à Metz, respectivement vers 1593 et vers 1590, Nomé et Barra se rencontrent à Naples. Le premier voyage en Italie dès l’âge de 9 ans à Rome, aux côtés du maître flamand Balthazar Lauwers, avant de poursuivre sa formation à Naples chez Lois Croys. [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Où découvrir Monsù Desiderio ?

Les tableaux de (ou attribués à) Monsù Desiderio sont très dispersés. Dans les collections françaises, peu d’œuvres sont visibles. Les Musées de la Cour d’or de Metz en conservent deux qui ont constitué le point de départ de l’exposition, La Destruction du Caire et Daniel dans la fosse aux lions. Attaque d’un palais imaginaire provient du Musée du Louvre tandis que le Musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon peut s’enorgueillir de détenir une œuvre magnifique, Les Enfers, qui n’est pas présentée à Metz puisqu’elle a déjà été prêtée à ce même musée au printemps dernier à l’occasion de l’exposition « De la Lorraine ». Le Musée des beaux-arts de Dijon possède quant à lui Jeroboam dans un temple païen. Si certaines œuvres appartiennent à des musées étrangers, à Rome, Naples, Londres, Budapest, Stockholm, Würzburg (Jésus et la femme adultère et David au Temple), Southampton, Hartford..., la plupart sont aujourd’hui en mains privées, en Italie mais aussi aux États-Unis, en Suisse, Belgique, France et Allemagne.

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France