Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > À la lumière de Dan Flavin - Le Journal des Arts - n° 240 - 23 juin 2006

Domino Christophe - 923 mots - Le Journal des Arts n° 240 - 23 juin 2006

Rétrospective

À la lumière de Dan Flavin

923 mots - Le Journal des Arts n° 240 - 23 juin 2006

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Avant de quitter la direction du Musée d’art moderne de la Ville de Paris, Suzanne Pagé signe une exposition magistrale du minimaliste américain. Un départ sous les feux de la rampe.

PARIS - La rétrospective consacrée à l’artiste américain Dan Flavin (1933-1996) par le Musée d’art moderne de la Ville de Paris (MAMVP) propose une rare occasion de dépasser la réception convenue de l’œuvre, réduite trop souvent à son vocabulaire, à un « truc » usé. Quarante-huit pièces lumineuses et un bel ensemble d’œuvre sur papier, de dessins préparatoires et projets, mais aussi des caricatures sur nappes de restaurant et autres petits objets plutôt inattendus s’y déploient dans un parcours chronologique. Cette [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Flavin « dixit »

« Je pense que l’art ne doit pas s’isoler. Il doit s’intégrer dans le décor au point de passer, dans une certaine mesure, inaperçu. […] C’est ce qui détermine mon approche. On n’a pas besoin de plaques, d’étiquettes, de cartel. Si les gens sentent qu’il y a une amélioration par rapport à ce qu’ils avaient avant, c’est parfait. […] Je n’ai pas de regret si ce que j’ai essayé de formuler sur le plan artistique se comprend autrement, s’assimile par le biais du contexte. C’est inévitable à partir du moment où nous, les artistes, essayons d’inscrire nos interventions dans le monde contemporain. Il faut continuer dans cette voie. Je ne veux pas bâtir une cathédrale. Non, vraiment pas. Je crois que c’est l’objet du business à présent, et du commerce. » (extrait de l’entretien de l’artiste avec Tiffany Bell, 1982, reproduit dans le catalogue de la rétrospective, p. 198)

EN SAVOIR PLUS
EN SAVOIR PLUS
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France