Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > JPR² (l’équation Raynaud) - Le Journal des Arts - n° 241 - 7 juillet 2006

Domino Christophe - 651 mots - Le Journal des Arts n° 241 - 7 juillet 2006

Rétrospective

JPR² (l’équation Raynaud)

651 mots - Le Journal des Arts n° 241 - 7 juillet 2006

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

L’artiste, qui présente au Mamac à Nice la collection de ses propres œuvres, a décidé de la disperser aux enchères publiques en octobre à Paris.

NICE - Ce sont en somme deux expositions en une que présente le Musée d’art moderne et d’art contemporain (Mamac) à Nice jusqu’en septembre : s’il s’agit bien d’une rétrospective de Jean Pierre Raynaud, qui trace un parcours significatif en quelque quatre-vingts pièces datées entre 1962 et 2005, il en va aussi d’une forme d’œuvre unique, très grande installation qui prend plutôt le parti du présent. Réfléchissant au projet d’une nouvelle rétrospective, après celle [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Raynaud « dixit »

« De retour chez moi, après le temps passé souvent seul enfermé dans le musée à travailler et à voir les œuvres sereines, calmes dans les salles, je me suis dit qu’elles ne pouvaient revenir chez moi, dans des caisses. La première tentation, c’était celle de la destruction, comme avec la maison, de les faire disparaître. Mais c’est là une violence que je me suis déjà faite. Puis l’idée s’est imposée ensuite qu’en fait, elles devaient vivre, mais hors de moi : je devais les libérer, et pour cela les laisser se confronter au monde, au réel, au marché, mais sans condition, sans restriction. Alors j’ai demandé à Christie’s de se charger de les vendre, mais sans prix de réserve, que la confrontation soit une épreuve de vérité. Qu’elles prennent de la hauteur ou qu’elles retombent, je verrai bien, l’important est de faire ce geste d’ouvrir la cage, de ne pas thésauriser sur mon passé. C’est une expérience, un manifeste : les œuvres devront se défendre, et si cela rate, si l’implacable logique de marché grippe, cela sera lourd de significations et me donnera toutes raisons de me battre encore. C’est un risque : 80 œuvres d’un coup, c’est un geste artistique, un geste libre, et qu’importent les interprétations, les malentendus, que l’on prenne cela pour un coup… Pour moi, c’est un geste comme la construction-destruction de la Maison, de la même importance. »

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France