Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Il était une foire… qui eut beaucoup de « off » - Le Journal des Arts - n° 248 - 1 décembre 2006

Azimi Roxana - 561 mots - Le Journal des Arts n° 248 - 1 décembre 2006

Miami

Il était une foire… qui eut beaucoup de « off »

561 mots - Le Journal des Arts n° 248 - 1 décembre 2006

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Alors que de nouveaux événements parallèles bourgeonnent à Miami, Art Basel Miami Beach renforce sa primauté du 7 au 10 décembre.

MIAMI BEACH - Pour sa première participation à une foire, la galerie Mary Boone (New York) prévoit d’exposer sur Art Basel Miami Beach une œuvre de Barbara Kruger à la fois moralisatrice et propitiatoire : You can’t drag your money into the grave with you. Cet aphorisme expliquerait-il la transhumance massive à Miami des collectionneurs nord et sud américains, avides d’y dépenser leurs deniers ? L’ambiance festive, pour ne pas dire décadente, de ce grand Lunapark de l’art contemporain explique aussi [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Ouvrir une galerie à Miami

Les galeristes Emmanuel Perrotin (Paris) et Luis Adelantado (Valence) se sont tous deux implantés à Miami en décembre 2005. Avec un chiffre d’affaires de 4,7 millions d’euros en un an, Emmanuel Perrotin savoure le charme de la Floride. « La présence à Miami m’a apporté une légitimité et une médiatisation, observe-t-il. Elle m’a permis d’être moins français. J’ai pu aussi ressouder mes liens avec mes artistes. » Les enseignes new-yorkaises ne risquent toutefois pas de s’établir de sitôt à Miami. Exemptées de la « sale tax » [taxe sur la vente] d’environ 7 % lorsqu’elles vendent hors de leur État, notamment, sur Art Basel Miami Beach, elles seraient contraintes de la régler, si elles ouvraient une antenne en Floride. Le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France