Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > Jacques Stella, l’œuvre ressuscité - Le Journal des Arts - n° 248 - 1 décembre 2006

Bétard Daphné - 815 mots - Le Journal des Arts n° 248 - 1 décembre 2006

Découverte

Jacques Stella, l’œuvre ressuscité

815 mots - Le Journal des Arts n° 248 - 1 décembre 2006

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Le Musée des beaux-arts de Lyon offre sa première rétrospective à l’un des artistes français les plus importants du XVIIe siècle. Une exposition exemplaire qui rend compte des dernières recherches sur le peintre.

LYON - Artiste parmi les plus renommés de son époque – celle de Poussin, Vouet et Champaigne –, Jacques Stella (1596-1657) sombra dans l’oubli au fil du XVIIIe siècle avant d’être timidement remis au goût du jour au XXe siècle. Mais il n’avait jamais fait l’objet d’une exposition monographique. Le Musée des beaux-arts de Lyon rend aujourd’hui justice à son talent et lui offre, enfin, sa première rétrospective. Ami et collectionneur de Poussin, l’artiste est [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Un peintre du Grand Siècle

De Jacques Stella (1596-1657), on sait peu de choses avant son séjour en Italie (vers 1619-1634) où il rencontre ses premiers succès. D’abord à Florence en tant que graveur, puis comme peintre à Rome où il côtoie le Bernin, Poussin et Vouet. Ses petits formats peints sur pierre semi-précieuse lui apportent de nombreuses commandes. Peu de temps après son retour en France, en 1634, Richelieu le nomme peintre du Roi, avec pension et logement au Louvre. Il réalise alors des œuvres prestigieuses : tableaux pour le château de Richelieu, pour la Chapelle Royale de Saint-Germain-en-Laye, grands retables pour l’église du noviciat des Jésuites, pour Saint-Germain le Vieil, pour les Carmes de Paris ou les cordeliers de Provins. Même après la mort du roi Louis XIII (1643) et celle de Richelieu (1642), il reste au premier plan de la vie artistique et participe au décor de l’oratoire de la régente Anne d’Autriche au Palais Royal. Il consacre la fin de sa vie à former ses neveux et nièces à l’art de la gravure. Parmi eux, Claudine Bouzonnet qui a gravé la série La Passion du Christ ainsi que la suite de cinquante sujets des Jeux et Plaisirs de l’enfance (présentés à Lyon).

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France