Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > L’appel de New York - Le Journal des Arts - n° 253 - 16 février 2007

Azimi Roxana - 576 mots - Le Journal des Arts n° 253 - 16 février 2007

Salon

L’appel de New York

576 mots - Le Journal des Arts n° 253 - 16 février 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

Recentrée sur un seul site, l’Armory Show tente de calmer la grogne de ses exposants.

NEW YORK - Pour la direction de l’Armory Show, l’heure est aux bonnes résolutions, face au mécontentement croissant de ses exposants. Que lui reproche-t-on ? Ses espaces trop petits, une qualité artistique insuffisante et une logistique nulle. La concentration de la foire sur un seul site et la mise en place cette année de nouveaux services – ainsi l’intégration d’une entreprise de traiteur –, constituent un premier pas. Les améliorations se révèlent urgentes face à l’hémorragie depuis deux [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Les nouveaux pénates d’Yvon Saint Lambert

Nouveau logo proche de celui d’Yves Saint Laurent. Nouvel espace d’une superficie de 880 m2 inauguré le 23 février avec Richard Jackson. Nouveaux artistes avec l’Estate [la succession] de Tom Wesselmann et l’arrivée de Loris Gréaud. Depuis septembre 2003, l’antenne new-yorkaise de la galerie Yvon Lambert a fait du chemin. « La première année, c’était la Bérézina. Nous avons voulu exporter une valeur ajoutée française, confie Olivier Belot, directeur de la galerie parisienne. Notre équipe était alors à dominante française, et nos artistes, essentiellement européens. Depuis que nous avons mis en place une structure purement américaine et intégré des artistes américains, c’est le jour et la nuit. » La caisse de résonance de cette antenne se révèle supérieure à celle de la maison parisienne. « À la suite de son exposition “Departure? en 2005 à New York, Mircea Cantor a fait la Biennale de Berlin. Nous avons vendu la pièce au Walker Art Center [à Minneapolis, Minnesota] et il a eu un projet personnel au Musée de Philadelphie [Pennsylvanie], rappelle Olivier Belot. Je ne suis pas sûr que les résultats auraient été aussi probants à Paris. Quand on fait une exposition à New York, le MoMA ou le New Museum viennent systématiquement. » Alors, fini Paris ? « Au contraire, cela nous a poussés à organiser des projets plus ambitieux à Paris. Il faut être honnête : New York, c’est plus business. Paris est plus un laboratoire pointu. »

Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France