Aller directement au contenu
Logo accueil

Accueil > Le Journal des Arts > Archives > SOS patrimoine - Le Journal des Arts - n° 263 - 6 juillet 2007

Bétard Daphné - 807 mots - Le Journal des Arts n° 263 - 6 juillet 2007

Sauvegarde

SOS patrimoine

807 mots - Le Journal des Arts n° 263 - 6 juillet 2007

Pour agrandir ou diminuer le texte, utilisez la molette de votre souris + appuyer sur la touche Ctrl de votre clavier Envoyer à un ami Imprimer Twitter Google Plus Partagez sur facebook

En publiant sa liste des cent sites les plus en danger au monde, le World Monuments Fund espère alerter l’opinion publique et lever des fonds importants pour leur sauvetage.

PARIS - Tous les deux ans depuis 1995, le World Monuments Fund (WMF) (lire l’encadré) tire la sonnette d’alarme en publiant une liste des cent sites patrimoniaux les plus en danger dans le monde. Cette année encore, la liste des « World Monuments Watch » n’épargne aucun continent, depuis l’île d’Herschel au Canada jusqu’aux bouddhas de Bamiyan en Afghanistan, en passant par la mairie de Sarajevo en Bosnie-Herzégovine, les peintures rupestres de Dampier en Australie ou la [...]

L’accès à l'intégralité de l’article est réservé à nos abonné(e)s leJournaldesArts.fr
leJournaldesArts.frVous êtes abonné(e) : IDENTIFIEZ-VOUS ICI
PAS ENCORE ABONNÉ(E) : abonnez-vous maintenant en ligne
Choisissez la formule (pays, titre, durée) qui vous convient et consultez cet article après quelques clics
(si vous êtes étudiant, cliquez ici) :
 
ACHAT ARTICLES
Article unitaire
Pack 10 articles
Pack 30 articles
Pack 50 articles
[non optimisée pour les smartphones]
Chargement en cours...

Conditions de vente : dans le cadre d'un abonnement à une offre à durée libre, la reconduction de l'abonnement pour une durée égale est tacite. L'abonné peut à tout moment demander la résiliation de son abonnement par l'envoi d'un courrier comme indiqué dans nos CGV.

 

Le WMF, variante privée de l’Unesco

Créé en 1965, le World Monuments Fund (WMF) est la principale organisation privée dévolue à la sauvegarde du patrimoine. Il réunit partenaires privés et publics pour restaurer les monuments historiques et sites du monde entier. Si le siège principal se trouve à New York, le WMF est présent depuis 2003 en Europe avec des bureaux ouverts à Paris, ainsi qu’au Royaume-Uni, en Italie, au Portugal et en Espagne. En France, le WMF a intégralement financé la restauration du théâtre du Petit Trianon à Versailles ainsi que celle de la sacristie de l’église Saint-Sulpice à Paris. Il a aussi participé à la restauration des fresques de Primatice à l’abbaye royale de Chaalis (Oise). Actuellement, il participe à la restauration des salons de l’hôtel de Saint-Florentin à Paris, du salon dit « de la Grande Singerie » au château de Chantilly (Oise) et du salon de musique de la bibliothèque de l’Arsenal à Paris. Depuis 1995, le WMF réunit un jury d’experts afin de sélectionner les cent monuments les plus en danger et constituer la « World Monuments Watch ».

EN SAVOIR PLUS
EN SAVOIR PLUS
Toutes les Unes de L'oeil :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998

Toutes les Unes du Journal des Arts :

2016 -  2015 -  2014 -  2013 -  2012 -  2011 -  2010 -  2009 -  2008 -  2007 -  2006 -  2005 -  2004 -  2003 -  2002 -  2001 -  2000 -  1999 -  1998 -  1997 -  1996 -  1995 -  1994
RECHERCHER UN ARTICLE
Mot-clef :
RECHERCHER UNE EXPOSITION
Mot-clef :
Ville :
SONDAGE

Etes-vous favorable à ce que des salles de musées portent le nom de donateurs de manière permanente ?

Oui
Non
Sans opinion

Paris by Night
Annuaire du monde de l'art
Palmares des musees 2016
Artindex France